Improvisation à l’aéroport

Hier, je devais prendre mon vol ✈️ pour rentrer à la maison.
Mais voilà à l’aéroport de Toulouse, il y a un suberbe 🎵piano 🎶 à queue 🎹

Il est magnifique ❤️ et il sonne très très bien 🎶❤️🎶

Avec ma soeur Caroline, nous n’avons pas resisté pour faire aller jouer dessus.
Dans cette video on joue à 4 mains, Caro joue les basses et l’harmonie et moi, je joue la mélodie dans l’aigu.

⏰ On n’a pas vu le temps passer. On s’est laissé emporté par l’improvisation. On se sentait si bien 🤣
On a bien ri aussi, parce que Caro m’a fait pas mal de pièges ! Je te laisse savourer ce moment de pure bonheur partagé. …. ⚠️ ce que l’histoire ne dit pas, c’est que …. à cause de cette impro, j’ai raté mon vol 😰

⚠️ ce que l’histoire ne dit pas, c’est que …. à cause de cette impro, j’ai raté mon vol 😰

Pour m'aider à me faire connaitre, aimez et partagez l'article
  •  
  •  
  •  
  •  

4 réflexions sur « Improvisation à l’aéroport »

  1. Bonjour,
    L’improvisation est tout un art. C’est aussi une technique et cela nécessite beaucoup d’entraînement.

    Malheureusement, les pianistes classiques ne sont guère formés à cela, eux qui sont au contraire obnubilés par le respect strict et rigoureux de la partition écrite.

    Il n’empêche que certains pianistes prennent quelquefois des libertés vis-à-vis de la partition (j’ai un exemple en tête d’une interprétation de “pour une lecture de Dante” de Franz Liszt jouée par Arcadi Volodos).

    Ce qui est amusant est que l’on peut partir de n’importe quelle suite de notes. Il y a même des oeuvres entières qui ont été écrites comme cela : Notamment en partant d’un mot que l’on traduit en notes via la notation anglo-saxonne (A = La , B = Si, C = Do etc).

    Schumann a écrit plusieurs oeuvres partant de ce principe me semble-t-il (notamment le célèbre Carnaval de l’opus 9). Mais ici ce n’est pas une improvisation. Mais cela montre qu’on peut écrire des chefs-d’œuvre en procédant de cette manière.

    La main gauche peut très bien jouer une suite d’accords ou un motif répétitif et la main droite faire quasiment n’importe quoi.

    Il y a même un concerto qui a été écrit de la sorte : seule la partie orchestrale est élaborée mais la partie du piano est, elle, totalement aléatoire. Et cela a du sens !

    La preuve en image ! :

    https://youtu.be/zeoT66v4EHg

    • Bonjour Bruno,
      en effet l’improvisation classique est laissée de côté depuis plusieurs décennies alors que beaucoup de grands musiciens et compositeurs classiques la pratiquaient.
      Et sincèrement je trouve ça vraiment dommage ! Car nous avons tant à apprendre en pratiquant l’improvisation. Même si l’on ne devient pas un grand improvisateur, connaitre l’improvisation nous aide à mieux jouer. On se libère de la partition, mais … il y a toujours un cadre.

      comme tu le décris, l’improvisateur par d’une idée, d’un mot, de quelque chose.

      De nombreuses oeuvres ont été écrites dans un style improvisé ou en partant d’une improvisation comme tu le dis. Mais cela s’est vraiment perdu.

      Sincèrement j’ai passé beaucoup de temps à chercher comment improviser, mais à part les cours de jazz et l’improvisation libre, j’ai trouvé très peu de contenu sur ce sujet.

      • Oui, effectivement, cette vidéo est géniale !
        Ce n’est pas du piano, et de manière un peu différente, il y a aussi le Cantus Arcticus, Concerto pour oiseaux et orchestre opus 61 du compositeur finlandais Einojuhani Rautavaara.
        Cette oeuvre incorpore des chants d’oiseaux préalablement enregistrés.
        Mais l’oeuvre construite à partir de notes jouées de manière aléatoire par un chat, je n’ai pas résisté au plaisir de la partager ! et ma foi c’est très réussi.
        L’oeuvre à laquelle je faisais allusion est ici :
        https://youtu.be/6uRQkXSfDOU

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.