Une demande toute particulière m’a été faite concernant la souplesse des doigts.
En voilà un grand chantier ! Comment acquérir de la souplesse alors qu’on débute le piano à l’âge adulte ? Ou comment retrouver sa souplesse après de longues années sans avoir joué de piano ?
Pour acquérir une bonne souplesse, il faut avoir une bonne musculature de la main. Les deux aspects sont liés, l’un ne va pas sans l’autre. Alors, je vous propose aujourd’hui un exercice simple à accomplir avec soin. Il se décline en plusieurs formules à jouer et acquérir selon votre niveau, votre travail personnel et votre volonté de progresser.

Exercice avec 2 doigts :

Vous allez placer votre main droite sur le clavier avec le pouce sur le Do du milieu et suivre les étapes :

  • Formez une voûte bien stable avec votre main et arrondissez vos doigts.
  • Vérifiez que votre articulation du pouce est en dehors (décollez la base du pouce de la main).
  • Vous jouerez d’abord uniquement avec le pouce et l’index. Faites bien attention de ne pas plier la dernière phalange de l’index !
  • Jouez lentement : 60 à la noire maximum.
  • Respectez le phrasé. La liaison par 2 implique un petit mouvement de bas-haut du poignet. Ce mouvement de souplesse se décompose comme ceci : je joue les 2 noires avec le poignet en bas comme d’habitude (le poignet est au niveau des touches du piano). Quand je quitte la 2e note, mon poignet monte légèrement pour accompagner mon geste et redescend aussitôt pour jouer la note suivante avec le pouce. Ce qui fait un petit mouvement de haut/bas entre chaque groupe de 2 notes. J’ai bien dit entre les groupes de 2 notes. Quand votre doigt attaque la note, le poignet reste stable. Sinon, vous faites un geste parasite…. Soyez vigilent !

Jouez ensuite cet exercice avec la main gauche. Placez tout simplement votre pouce sur le sol et jouez en descendant : sol-fa, fa-mi, mi-ré, ré-do, do (pouce/index). Puis vous remontez la gamme jusqu’au sol. Les consignes sont exactement les mêmes que pour la main droite.

Déclinez l'exercice avec les autres doigts (index, majeur, annulaire et auriculaire) :

Déclinez l’exercice avec les autres doigts (index, majeur, annulaire et auriculaire) :

Puis comme cela :

Et enfin, comme ça !  Faites, attention, celui-ci est particulièrement difficile. Pensez à garder tous vos doigts près du clavier y compris le pouce. Les doigts ne doivent pas monter en l’air non plus !

Vérifiez votre position de main, les doigts restent arrondis. Ils ne se plient pas au niveau de la dernière phalange. Les doigts qui ne jouent pas restent près du clavier, en position, prêts à jouer.
Le mouvement de bas-haut du poignet se fait entre chaque groupe de notes.
Le tempo est lent et régulier.

Pour la main gauche, placez votre index sur le SOL et descendez la gamme 2 en 2 avec le même doigté.

Ces exercices seront bénéfiques si vous suivez bien les étapes. Vous réussirez à acquérir de la souplesse petit à petit. Au début le geste vous paraîtra un peu mécanique. Puis vous réussissez à ressentir un geste de plus en plus naturel avec le temps. Surtout n’en faites pas de trop ! Restez discret dans votre mouvement de haut-bas, ce n’est pas la peine d’en faire des tonnes pour être efficace.

Beaucoup de jeunes pianistes jouent les exercices trop rapidement et ne font pas le travail en profondeur. Si vous ressentez le besoin de faire des exercices pour devenir plus souple, appliquez-vous bien à les jouer lentement et régulièrement. Vérifiez souvent votre position surtout si vous ne prenez pas de cours de piano.
Quand vous commencerez à vous sentir à l’aise avec les notes et les doigtés, jouez les yeux fermés pur vous concentrer sur ce que vous ressentez. Prenez plaisir à jouer ces exercices, même si ce n’est pas de la musique ! Concentrez-vous sur le plaisir de toucher le piano, sur la douceur des touches au bout de vos doigts et sur la mobilité nouvelle de votre poignet.

Pour les débutants, je vous conseille de vous concentrer sur une étape pendant une semaine. Par exemple, vous jouez main séparées avec le doigté pouce/index pendant une semaine. La semaine suivante, vous changez pour le 2e doigté et ainsi de suite. Quand vous aurez terminé la série, vous pourrez la reprendre mains ensembles.

Pour ceux qui se sentent à l’aise, vous pouvez faire directement la série complète mains séparées puis les mains ensembles, version Hanon en double-croches. Vous pouvez variez en détachant les notes, en jouant sur plusieurs octaves et en augmentant le tempo.

Allez hop, au boulot ! Et si cet article vous a plu, dites-le moi en me laissant un commentaire.

Comment jouer du piano sans crisper ?

La question “Comment jouer sans crisper ?” revient de façon récurrente. Comment faire pour rester souple sans raidir certaines parties de notre corps ?

Jouer du piano ce n’est pas seulement appuyer sur les touches avec les doigts. Les poignets, les coudes et les épaules sont engagés. La position du corps sur votre tabouret est aussi importante que vos pieds ancrés au sol.
Quand on joue “raide”, on ne s’en rend pas toujours compte. On ne sait pas comment faire pour jouer sans crisper. On n’arrive pas à jouer vite, les mains se désynchronisent, les douleurs apparaissent et la notion de plaisir diminue.
Pour y remédier je vous propose un exercice. Cet exercice va vous permettre d’augmenter votre souplesse et d’effacer vos crispations. Un exercice centré sur la souplesse du poignet ! Bientôt vous jouerez sans crisper et vos raideurs ne seront plus qu’un lointain souvenir.

La première chose à faire lorsqu’on joue du piano et de trouver la souplesse du poignet. D’un côté la main doit être stable et équilibrée. L’ossature de la main est une véritable architecture créant une voûte que l’on doit maintenir solide. L’arrondi de la main doit être soutenu tout en exerçant une pression des doigts. En contrepartie le poignet reste souple et mobile.

Quand on apprend à jouer du piano, on veut tellement bien faire qu’on a tendance à se raidir et le poignet se fixe. Si c’est votre cas, il faut absolument faire quelque chose pour venir à bout de vos raideurs. Vous devez trouver la souplesse comme si vous étiez un pianiste pro ! Vous devez vous sentir aussi souple que votre idole.

Objectif poignet souple pour jouer sans se crisper !

D’où vient la crispation ?

Le poignet est en ligne de mire. Il sert d’attache entre l’avant bras et la main. Ce point de jonction est bien souvent notre point faible quand on joue du piano. Il doit rester mobile. Dans votre quotidien, vous pouvez tourner votre articulation du poignet dans un sens comme dans l’autre. Assis au piano, les mains posées sur le clavier, vous pouvez monter ou descendre le poignet. Vous pouvez aussi pivoter à droite ou à gauche.

Lorsqu’on manque de souplesse et qu’on joue crispé et raide, le premier point essentiel est d’assouplir le poignet. Pour remédier à cela, je vous propose un exercice que je nomme le “bas-haut”. Dans un premier temps, vous allez jouer cet exercice en exagérant le plus possible le geste. En répétant cet exercice sur plusieurs semaines et en l’appliquant dans tous vos morceaux, vous serez stupéfaits des résultats obtenus. Je ne vous dis pas de jouer du piano de cette façon, mais je vous montre comment faire pour ressentir la souplesse en profondeur. Cet exercice vous fera prendre conscience de la mobilité de votre poignet quand vous jouez du piano. Petit à petit vous débloquerez le poignet et vous trouverez votre geste naturel. 😉

Objectif “poignet souple !” pour jouer du piano sans crisper

Asseyez-vous au piano, au bord de votre siège. Réglez votre tabouret à la bonne hauteur et placez-vous à la bonne distance du piano. Laissez pendre votre bras  le long de votre corps. Votre main est en position naturelle, placez-la sur le clavier du piano en gardant cette position.

L’exercice se joue sur la gamme de Do. Jouez Do – Ré avec le pouce et le 2e doigt pour la main droite et le 2e doigt et le pouce pour la main gauche. Sur le Do le poignet est placé dans la position naturelle de la main, ni trop bas ni trop haut. Après avoir joué la 2e note, le Ré montez le poignet comme si un fil de marionnette soulevait votre poignet en suivant la flèche  écrite sur la partition. Jouez le 2e Ré avec votre pouce (main droite) et le 2 doigt (main gauche) en descendant le poignet vers le bas. Continuez ainsi jusqu’au Do aigu puis entamez la descente.

Pour jouer sans vous crisper exagérez le mouvement du poignet !

Exagérez le mouvement “bas-haut”

Jouez avec 2 doigts avec un mouvement du poignet du bas vers le haut. Quand vous jouez la première note, vous êtes dans votre position naturelle, la main légèrement voûtée et le poignet en bas. Après avoir joué la 2e note, vous hausserez votre poignet pour effectuer un mouvement souple. Pensez à un marionnettiste qui tirerait la ficelle vers le haut pour faire monter votre poignet !
Au début, le geste va vous sembler mécanique et pas naturel du tout. Vous allez le faire en exagérant. Petit à petit votre geste deviendra de plus en plus naturel et agréable à regarder.

Vigilance DOIGTES !

Jouez cet exercice en surveillant vos doigtés. Vous devez absolument faire attention à vos doigtés dès le départ. Répétez l’exercice en jouant quatre doigtés différents. Vous entraînerez tous les doigts de la main. Si vous avez du mal, concentrez-vous sur un doigté par semaine. Répétez l’exercice 5 fois par jour pendant toute la semaine, puis changez de doigté la semaine suivante. Privilégiez la qualité plutôt que le quantité. Gardez votre objectif en tête, le but étant de combattre la crispation en démobilisant le poignet.

Pour atteindre votre but de jouer sans se crisper, vous commencez par jouer cet exercice. Ensuite, vous appliquerez ce processus de “bas-haut” dans vos partitions. A la fin d’une liaison, faites votre petit mouvement pour vous faire une respiration. Cette respiration  vous permet de vous détendre. Ensuite, jouez la phrase suivante en descendant le poignet à sa place. Quand vous réussirez à respirer en musique sans ralentir le tempo, alors vous aurez atteint votre objectif !

La partition de l’exercice : Objectif poignet souple !

Télécharger ici la partition complète de l’exercice : Objectif poignet souple, pour jouer sans se crisper !

J’espère que cet exercice vous sera utile pour combattre la crispation. Si vous avez aimé ce contenu n’oubliez surtout pas de le partager et de l’aimer sur les réseaux sociaux ! 😉

S’échauffer avant de jouer ?

Si vous souhaitez laisser un commentaire, merci de cliquer sur : lire la suite.

Le lien vers le superbe article de Marie Cécile Baritou sur les échauffements : 12 exercices de souplesse pour le pianiste

Transcription du texte de la vidéo :

Hello les accros du piano, aujourd’hui dans cette nouvelle vidéo, il est question des échauffements au piano. Mais tout d’abord laissez-moi vous souhaiter la bienvenue sur l’instant piano, la vidéo quotidienne de l’été d’1piano1blog.

Les échauffements au piano, est-ce qu’il est nécessaire d’en faire ? Aujourd’hui je vais répondre à la question de Ludovic qui me dit : Est-il nécessaire de s’échauffer avant de jouer ? Réaliser constamment un échauffement avant le jeu n’est-il pas un blocage de l’âme du pianiste, lui rendant cette routine obligatoire. Dans un jeu sans échauffement, il risquerait d’être déstabilisé par acquis de conscience en sachant pertinemment qu’il lui manque quelque chose ?
Tout d’abord Merci Ludovic de m’avoir posé cette question.

Pour être franche avec toi, je ne m’échauffe absolument jamais avant de commencer mon piano. Moi quand je commence mon piano, je n’ai pas de routine, je le fais vraiment au feeling. Quand je suis au piano j’ai un programme que je dois…. que je me fixe, que je dois réaliser. Mais je n’ai pas spécialement d’échauffement et je n’ai pas d’ordre précis dans lequel je vais travailler mes morceaux. Donc je vais te dire que l’échauffement n’est pas forcément obligatoire. En tout cas, moi, dans mon cas, je ne le pratique jamais. Parfois, ça peut m’arriver, mais vraiment très très rarement de le faire.

Si je sens que mes doigts sont un peu engourdis ou si j’ai vraiment les doigts très froids. Mais vraiment c’est quelque chose que je ne pratique pas forcément. Moi quand je mets au piano, j’ai mon programme, j’ai ma petite grille de choses à faire et je le fais vraiment au feeling. Je commence par ce qui me fait plaisir, je commence toujours par… oui, je commence toujours par ce qui me fait le plus plaisir et puis après je vais alterner avec les choses peut-être un peu moins rigolote mais qu’il faut faire malgré tout. Et après je vais terminer ma séance par encore une fois, quelque chose qui me fait vraiment plaisir.
Voilà, ça c’est ma routine de travaille.
Alors par contre je sais que il y a beaucoup de pianistes, il y a beaucoup de personnes qui me demandent justement des échauffements parce qu’elles voudraient s’assouplir les doigts. Et ça notamment, les personnes qui commencent le piano plus tard.
Moi c’est vrai que j’ai eu la chance de commencer le piano très très tôt. Donc ma main s’est faite au piano et du coup j’ai pas mal de souplesse. Mais toutes les personnes qui débutent le piano beaucoup plus tard ont plus de raideurs et puis ça dépend aussi des métiers qu’on a fait ou des activités qu’on a pratique tout au long de sa vie. C’est vrai qu’on peut avoir les doigts enkylosés aussi. Donc si vous ressentez le besoin de faire des échauffements : il faut le faire, au contraire.

D’ailleurs il y a un excellent article de Marie Cécile Baritou sur 1piano1blog concernant les échauffements qui vont aider toutes les personnes qui souhaitent acquérir plus de souplesse, qui veulent s’étirer les doigts, qui veulent gagner en souplesse, en envergure, en extension. Il y a des tas d’exercices qui font vraiment du bien. D’ailleurs je me suis amusée à les faire pendant quelques temps. Parce que j’ai vu que certains exercices quand même n’étaient pas si facile que ça même pour moi. Et je les ai pratiqué et il m’ont fait beaucoup de bien. Voilà ce que je dirais sur les échauffements . Si vous en ressentez le besoin, faites-en, c’est important. Mais en tout cas ne vous bridez pas si vous n’en ressentez pas le besoin, si vous sentez que vous pouvez y aller direct.

Allez-y ! Moi je pars du principe qu’il faut essayer d’être bon en toutes circonstances, même à froid. Et j’aime beaucoup cette idée que, à chaque fois que je me mets au piano, hop ! je joue mon morceau et on voit comment il est. Alors il est rarement parfait. C’est rarement très très bien mais c’est pour s’habituer à le jouer comme ça d’emblée, par surprise sans s’être entrainé au préalable. J’aime bien voir un peu l’état de mes doigts comme ça. Donc ça c’est au contraire un exercice que j’aime bien faire et d’ailleurs je vous conseillerai de le faire aussi assez régulièrement. Voilà, c’est tout pour aujourd’hui j’espère que cette vidéo vous aura plu. En tout cas moi j’ai eu beaucoup de plaisir à la faire comme d’habitude. Donc laissez-moi un énorme J’aime si vous avez aimé cette vidéo. Si vous pensez que ce contenu peut intéresser d’autres pianistes, n’hésitez pas à partager la vidéo.

Alors moi je vais retourner à mon piano et je vous dis à très vite, alors bye bye, à bientôt et en attendant, bon piano.
Pour t’abonner à mon blog et recevoir les 2 guides gratuits 5 semaines pour un morceau et l’art de jouer avec un métronome cliques sur le logo 1piano1Blog. Si tu veux tu peux aussi t’abonner à la chaine Youtube en cliquant sur le petit rond avec ma tête.

Quel exercice de piano choisir ?

Liste des ouvrages cités dans la vidéo

La Méthode Le Couppey

C’est une méthode qui a fait ses preuves, elle est excellente. Vous y trouverez de nombreux exercices et des jolis petits morceaux classiques dans chaque leçon. Le tout dans un ordre de difficulté croissante. Cliquez sur l’image pour vous procurer la partition.

Le pianiste virtuose de Hanon

Recueil d’exercices pour le pianiste dont toutes les gammes Majeures, toutes les gammes mineures, tous les arpèges Majeures et mineurs. Des exercices pour les doigts, des exercices d’extension, des exercices pour le passage du pouce…
Cliquez sur l’image pour vous procurer la partition.

Le Déliateur 

Contenu similaire au Hanon. On retrouve les mêmes exercices dans une version très pédagogique avec des schémas à l’appui. Idéal pour le pianiste qui travaille sans professeur.
Cliquez sur l’image pour vous procurer la partition

Dohnanyi

“des exercices pour obtenir une technique sûre de piano”.
Avec des exercices d’indépendance des doigts, des gammes enchainées sous toutes les formes…
Cliquez sur l’image pour vous procurer la partition

Les principes élémentaires de la technique pianistique
de Alfred Cortot.
Des exercices de technique pure pour travailler un détail à la fois ce recueil vous suit pendant toute la vie du pianiste.

Cliquez sur l’image pour vous procurer la partition

Les exercices de Brahms

En plus d’être un compositeur de grand talent, Johannes Brahms est un excellent pédagogue. Il nous livre ici dans ce recueil des exercices difficiles accessibles à un niveau confirmé de piano.

 

Le “petit Cortot”

(Non cité dans la vidéo) : quelques exercices issus de la méthode Cortot citée au-dessus. Ce format est idéal pour les débutants pendant  les 2 premières années de piano.