Au coin du feu, petit plaisir au piano

En ce froid de mois de décembre, j’ai préparé une petite vidéo pour se réchauffer. Se réchauffer les coeurs avec un peu de chaleur. À ma façon.

C’est une vidéo un peu spéciale.

C’est tout simple. Je t’invite sans chichis, près du feu.

Un simple feu autour duquel nous sommes réunis.
Pour partager un moment ensemble.Partager un moment de musique.

Sans surprise, je te joue la sonate au clair de lune de Beethoven.

Le premier mouvement seulement.

Je te le joue dans la version petites mains que j’ai spécialement élaborée pour les pianistes qui ont commencé ou recommencé le piano tard.

Les pianistes qui ont besoin de « travailler » la souplesse des doigts.

C’est une partition que j’aime particulièrement jouer car elle est à la fois accessible et intéressante.

Je dis accessible dans le sens où elle n’est pas difficile du point de vue de la technique pure. Ce morceau est tellement bien écrit qu’il tombe sous les doigts. 

C’est à ça que l’on reconnaît la patte d’un grand maître. Et je ne t’apprends rien en te disant que Beethoven en était un. Et qu’il savait écrire pour les pianistes.

Je te disais aussi que ce morceau est intéressant, car les nuances et la musicalité sont vraiment à aller chercher en profondeur. C’est un morceau qui se joue dans une nuance pianissimo. Et les variations d’intensité sont très subtiles.

C’est pour cette raison, que l‘enregistrement que je partage aujourd’hui n’est pas parfait. Car je ne suis pas du tout dans un studio avec du matériel sophistiqué. Et, en plus de ça, la pédale de mon piano fait du bruit !

Et c’est justement ça qu’il manque sur la toile. Montrer un moment simple, naturel sans que le son ne soit traffiqué.

Comme si tu étais là, à côté de moi. Bien au chaud près de la cheminée.

Sache que j’ai préparé la formation pour apprendre ce « petit plaisir » est accessible. Il suffit de cliquer sur le lien ci-dessous : 

https://1piano1blog.com/formations/

Découvrez plus

Homme portant des lunettes sur le bout du nez

Verres progressifs, un problème pour lire ses partitions au piano

Au piano, lorsqu’on lit une partition, nos yeux passent de la partition, aux mains et vice versa.

Nous utilisons le mouvement oculaire.

Nous nous plaçons au piano en regardant notre partition.

Puis, nous bougeons les yeux pour regarder nos mains sans baisser la tête.

Enfin, nous bougeons les yeux pour regarder la partition sans bouger la tête.

Nos yeux reviennent sur la partition, et retrouvent instantanément le bon endroit.

Lire la suite

Connaissez-vous une personne qui serait intéressée par cette article ? Utilisez les boutons de partage, pour diffuser le plaisir du piano autour de vous.

Facebook
Pinterest
Telegram
WhatsApp
Email
Hidden Content
%d blogueurs aiment cette page :