Jouer du Chopin sur un piano numérique : pour ou contre ?

Cela fait deux ou trois semaines que je m’essaie à jouer du Chopin sur un clavier numérique. Le résultat est sans appel !

Comme tu le sais, j’ai fait le choix d’une vie plus libre depuis quelques mois. Quand je dis libre, cela se lit à plusieur niveaux.

  • Liberté géographique pour voyager et ouvrir de nouveaux horizons.
  • Liberté d’horaires : j’ai peu de rendez-vous donc peu de contraintes horaires.
  • Liberté de choisir les pianistes que je peux aider. En faire moins, mais mieux.
  • Liberté de mes projets liés au piano en ouvrant ma propre voix sur les formations pianistiques.
  • Liberté financière : je me finance à 100% avec mes revenus professionnels. Je ne dépends d’aucune aide de quiconque.

Bref, tout cela fait rêver, mais parfois, il y a un prix à payer. Et je vais te l’expliquer.

Cela fait 3 semaines que j’ai le nez dans Chopin. La recherche des oeuvres les plus abordables, la recherche historique, le choix de l’oeuvre, les doigtés, l’analyse de la partition etc… Et de temps en temps, je prends le temps de jouer ! Parce que c’est un comble, il m’arrive de n’avoir pas le temps de jouer de piano quand je plongée dans mes recherches tant cela me passionne !

Mais voilà, avec ma vie de « digitale pianiste confinée à Tallinn », je joue sur mon clavinova. Et ….

pour jouer du Chopin …..

…..

Cela ne va pas ! Je n’arrive pas à obtenir la sonorité souhaitée et je n’ai pas beaucoup de plaisir à jouer. Tu sais, je suis née avec une cuillère d’argent dans la bouche. Depuis que je suis enfant, j’ai toujours joué sur des pianos à queue. Cela me berce depuis mon enfance.

Alors, en ce moment, la frustration me gagne.

Sais-tu le pire dans tout ça ?

J’adore ! Pour moi, rien de telle que l’expérience vécue pour me rendre compte à quel point essayer de jouer Chopin sur un clavinova peut être frustrante sur un piano numérique.

Je ne dis pas que l’on ne peut pas.
On peut. 

Ce que je dis, c’est que je ne retrouve pas les sensations aussi profondes qu’avec le piano. Je ne retrouve pas cet univers particulier et cette fusion entre l’instrument et moi-même. Je ne retrouve pas les émotions qui papillonnent dans mes tripes.

Tu vas te demander pourquoi j’aime ça alors ? 

Tout simplement parce que c’est justement cette expérience de digitale « pianiste confinée à Tallinn » qui révèle tout cela. Sans cette exérience vécue de l’intérieur, je ne me serais pas rendue conmpte physiquement. Même si j’en avais conscience. Mais ce n’est pas pareil.

Je te laisse avec une petite vidéo de Chopin sur un piano numérique. Et dis-moi dans les commentaires pour ou contre ! Je serais heureuse d’avoir ton avis !

Si tu veux rejoinde la formation pour apprendre ce prélude de Chopin, il suffit de cliquer sur ce lien : 

https://formation.1piano1blog.com/chopin-prelude-n4/

33 réflexions sur « Jouer du Chopin sur un piano numérique : pour ou contre ? »

  1. Attention Aurélie, tu as laissé un “Ajoutez votre titre ici” dans votre texte.

    De plus la vidéo est en mode privé, je n’arrive pas à la voir 🙁

    En dehors de ça je suis tout à fait d’accord avec toi !

      • Bonjour !
        Bravo , tu joues très bien , c’est plein d’émotion , super .
        Le son , méga problème , qui est aussi le mien .
        Il y a plein de pianos numériques différents . Je pense que le meilleur son et le meilleur toucher pour les amateurs de classique se trouve chez Kawai (MP7 se Mp 11 se ou plus . ET ! perso je joue au casque , le son est super . Si on veut un système de sonorisation , il faut avoir des enceintes de monitoring de studio (amplifiées ) bonjour le choix , bonjour le prix , moi je vais prendre des yam hs7 , c’est un compromis qualité prix qui me va , mais il y a ausi mieux et bien sur bcp plus cher . Tout çà parcequ’il m’est impossible d’avoir un vrai piano et que j’ai envie de jouer tout ce que je veux !!!!( et que je peux…..) Ce sont mes conclusions après des heures d’essais , de recherches sur internet etc…..Vive le piano !!:!!
        Olivier

  2. Bonjour Aurélie,
    Ce prélude op.28 de Chopin est magnifique, je l’adore et tu le joues super bien. Mais c’est vrai sur un piano numérique , on n’arrive pas à lui donner cette profondeur, une âme que je recherche toujours. Je suis souvent déçue moi aussi avec mon piano Yamaha CVP 6O1. Mais je fais avec, je ne peux pas me permettre d’avoir un piano acoustique. Amicalement

  3. Bonjour,
    Première remarque :pour comparer il me faudrait deux enregistrements : sur piano numérique et sur piano acoustique
    Seconde : peut-être la qualité de l’enregistrement peut modifier ma perception…
    Troisième : j’ai la chance d’avoir les deux à la maison et je n’utilise le numérique que pour apprendre pour ne pas saouler ma femme avec mes répétitions qui deviennent vite pénibles pour les autres….
    Personnellement, je prends plus de plaisir à jouer sur l’acoustique même si je reconnais qu’un bon numérique offre une très bonne qualité de son.
    Finalement c’est une question dont la réponse est surement plus affective que logique en tout cas dans mon cas… 😉

  4. Bonjour Aurélie!

    Je suis entièrement d’accord avec toi.
    J’ai eu l’occasion de jouer sur un piano numérique “Yamaha” pendant 3 ans, bien sûr le Prélude de Chopin que je jouais ne sonnait pas mal, mais je ne retrouvais le ressenti du doigté, des nuances que sur le piano accoustique de mon meilleur ami.
    L’oeuvre résonnait plus subtilement, avec une profondeur différente.
    Quelle que soit le piano numérique, le réglage est difficile. Mais, le numérique permet de jouer avec le casque et de s’enregistrer facilement. C’est un avantage!

  5. Bonjour Aurélie,
    Oula la! L’accompagnement en accord de la MG est trop pesant et je ne pense pas que ce soit de ton fait. Le chant de la MD bien que piano devrait ressortir, être plus timbré. Pardon, j’ai entendu des notes mais Chopin n’était pas au RDV.
    Je n’avais pas réalisé non plus l’aspect martèlement du p. numérique. et je comprends tes voisins qui ne perçoivent pas forcément les sons mais ressentent ces fameuses basses, personnellement j’y suis très sensible. Je suis désolée, ne m’en veux pas d’être aussi franche avec toi. J’ai toujours autant de plaisir à te lire et à partager. A bientôt

  6. Bonjour Aurélie,
    Quand le choix se fait entre jouer sur le piano numérique ou pas du tout…..c’est le premier qui gagne. Et tu le fais magnifique!

  7. Bonjour aurelie,
    En t’écoutant j’ai vraiment mal au coeur ; et pour moi et pour toi.
    ma première impression rapidement est que ton piano est mal réglé. Le son n’est vraiment pas beau , ou alors c’est l’enregistrement, mais je pense que c’est le reglage;
    Du coup je suis retourné à mon Korg pa 588.
    Oui j’ai bien vu la difference. le korg n’a pa cette richesse harmonique de mon kawai-GL10 mais quand meme le son est moins ‘numerique’ que toi.
    Je ferai d’autres tests pour voir si on peut jouer Chopin, ou bach ou …
    J’ai aussi un Yamaha qu j’irai essayer un peu plus tard.
    Mais déjà regarde le reglage, ne serait ce peut etre qu’en revenant d’abord aux reglages d’usine (and RTFM!)
    Cela dit rapidement aussi je t’ai envoyé 2 mails (à soeurs…) sur les ‘hampes’ de Kupelwieser et un pour une précision sur le contenu de la formation Chopin et un autre aussi sur un eventuel dernier coaching mini-group.
    je reste étonné de n’avoir pas eu de réponse.
    Les as tu vu?
    A bientôt
    Dominique

  8. Bonjour Aurélie,
    Comme je te comprends… s il est vrai que le son d’un piano numérique est meilleur au casque, je suis confrontée au même problème que toi! J en suis à mon 7 ème piano numérique en 8 mois, aucun ne m’a satisfaite, Yamaha le son est trop électronique je trouve, même en affinant les réglages….Moi non plus je n ai pas de plaisir à jouer sur un piano numérique mais peut être que si tu investis dans des enceintes amplifiées tu pourras avoir un meilleur rendu sonore. Je crois que lorsqu on Interprète un compositeur qui touche profondément, seules les cordes sensibles du piano acoustique peuvent raisonner. C est mon avis mais peut-être ne suis je pas très objective car j aime l instrument, le mécanisme, le bois l aspect vivant et je suis attachée au piano comme l enfant par son cordon ombilical.
    Bonne journée Aurélie,
    Stan

  9. Bonjour Aurélie,
    Merci de nous faire partager cette expérience passionnante.
    Je te réponds par rapport à mon parcours(semé d’embûches) de musicienne amateur.
    Le timbre du Clavinova, on le reconnait. Pourtant, tu arrives à faire passer de l’émotion dans ton jeu, même avec cet instrument (que j’aurais voulu avoir quand je n’avais plus rien ne serait-ce que pour garder la technique).
    Cela dit, je comprends ta frustration. Ce clavier est limité dans l’expressivité, pardon pour la lapalissade : rien ne vibre, et ça manque. Pourtant je pense qu’il vaut mieux jouer Chopin, même sur un clavier, plutôt que de ne pas le jouer du tout !
    Merci pour la mesure de l’empan ! C’est amusant et instructif !
    Bonne journée Aurélie !

  10. Bonjour, j’ai aussi les 2 types de piano :un numérique clavinova et un acoustique Grotian Steinweg. Le numérique est bien pour s’isoler pour travailler; par contre j’entends trop la mécanique “plastique” des touches sur le numérique ; l’inertie des touches n’est pas pareille avec un acoustique : le son y est plus chaud, plus profond plus nuancé .
    je penche aussi pour le piano acoustique.
    Bonne journée Aurélie.
    Stéphane

  11. Bonjour Aurélie,
    Le Grand Piano ne sera jamais remplacé, pour sa sonorité et ses sensations échangées avec le pianiste par un numérique, si bon soit’il çà c’est clair mais à défaut de grive on mange du merle et personnellement j’utilise un Clavinova 675 et un bon casque Focal, ce qui me donne une réelle satisfaction pianistique et me permet aussi de beaucoup jouer dans la journée sans casser les pieds de mon entourage ce qui est quand même un gros avantage, il est difficile de tout avoir tout le temps et partout, même si je rêve souvent de posséder un Grand Piano, pour l’instant je travaille avec mon Clavinova et pour le reste on verra plus tard.
    A bientôt
    Jean Luc

  12. Je te comprends Aurélie, tes sens étaient habitués au piano à queue, acoustique, mais, ce n’est pas moi qui vais te donner des leçons de piano, mais je pense que l’essentiel, c’est ce que tu ressens dans ta tête, et au bout de tes doigts. Cette vibration n’émane pas qu’au son du piano, cette vibration est en toi et tu sais la faire passer. C’est magnifique ce que tu fais. Je te remercie.

  13. Bonjour,
    J’ai également un clavier pour pouvoir travailler sans envahir l’espace sonore de ceux qui vivent avec moi. Et je trouve qu’avec le casque le son est bien meilleur. Mais, contrairement au piano acoustique, je trouve qu’il manque toute la profondeur des harmoniques et c’est sans doute pour cela que je trouve le son mon piano acoustique incomparable (C’est un 1/2 queue Ibach).
    Pour autant, le rendu du Prélude de Chopin est très bon. Sans doute qu’avec un clavier acoustique, les accords répétés à la main gauche pourraient se faire “sans air” entre chaque toucher de note pour mieux permettre la continuité du son.
    En tout cas, merci pour ce partage,
    Hélène

  14. Bonjour Aurélie,
    Aucune comparaison n’est possible entre un piano acoustique et un piano numérique . Le premier est un instrument particulièrement onéreux, volumineux, très lourd . De ce fait il faut disposer de beaucoup de place et il demande deux accordages par an.(rien de pire qu’un instrument avec des notes fausses).Ce type de piano convient à une clientèle très spécifique.
    Le piano numérique permet à beaucoup plus de personnes de pouvoir commencer l’apprentissage de la musique avec moins de contraintes. Les prix sont très variables, mais ce qui importe en tout cas à mon avis ce sont les points suivants:
    Ne pas chercher un modèle très complet avec de nombreux effets et des commandes qui en mettent plein la vue.( ce qui augmente le prix )
    Choisir un clavier de bonne qualité avec un toucher qui donne des sensations agréables.
    Vérifier les caractéristiques de l’amplificateur, car le son obtenu au niveau d’un bon casque est meilleur que celui restitué par les hauts parleurs. De ce fait il faut adapter deux enceintes actives qui apporteront plus de puissance, mais aussi davantage de profondeur en sonorité.
    Au final ce sont les qualités pianistiques de la personne qui sont les plus importantes , et l’objectif qu’elle s’est fixée. Pour ma part je suis certain qu’un piano numérique sera toujours suffisant étant donné mon faible niveau d’interprétation.
    Pour terminer sur ta vidéo, l’interprétation est excellente, seul le son est assez plat ce qui donne un résultat manquant de relief.
    Mais ce phénomène peut être dû aussi à la manière d’enregistrer.
    Bonne journée Aurélie et bravo.

  15. Je suis également de ton avis……. La sonorité c’est pas ça….. Une impression de résonance continue comme si la pédale était constamment enfoncée ( ce qui n’est pas le cas bien sur)….Enfin c’est ce que je ressent !…Il faudrait essayer sur d’autres morceaux classique pour voir si c’est pas différent….Heureusement que c’est très bien interprété de ta part

  16. Re bonjour Aurélie, pour info : apparemment en tous cas pour moi, lorsque que je coche d’être prévenu des nouvelles remarques cela ne fonctionne pas??? D.

  17. Bonjour Aurélie,
    La solution serait de louer un piano acoustique mais ton voisin va encore se plaindre.
    J’ai un clavinova 645 et un casque Sennheiser et je n’ai rien modifié aux règlages que mon vendeur avait initialisés à la livraison. Le son me convient mais les touches sont plus fermes que sur un piano acoustique, peut-être est-ce différent sur un 685 (voir youtube https://www.youtube.com/watch?v=4u9-OjzDRmI ) mais je n’ai pas investi sur ce modèle un peu cher en regard de mon niveau.
    Allez, je retourne m’entraîner !
    Cordialement,
    Roger

  18. Bravo Aurélie .
    Meme si tu joues sur un piano numérique. On ressent toute l’émotion musicale.
    Merci encore.
    Patricia

  19. j’ai eu un puano numérisue. mais j’avoue que je préfère mon piano drout yamaha. avec la fonction silent je peux l’isoler lorsque mon conjoint travaille. (cinfinement oblige).
    evelynr

  20. Bonjour Aurélie,
    J’ai arrêté de réfléchir à ta promotion et j’ai finalement acheté cette nouvelle formation. J’aime beaucoup les connaissances que tu nous partages. Puisque, pour l’instant, je n’ai pas envie d’aller à des leçons de piano régulières, je suis très heureuse de pouvoir bénéficier de tes conseils pour aborder une nouvelle partition.
    J’ai pris le forfait minimal, question budget, car le dollard cannadien ne vaut pas cher en rapport à l’Euro. Dommage qu’on ait pas la même monnaie, car j’apprécie beaucoup tes commentaires personalisés.
    Quant au piano numérique…on a beau dire, il ne vaut certainement pas un bon piano acccoustique. Je me disais d’ailleurs que ton magnifique Schimmel devait sûrement te manquer. Enfin, tu vis d’autres expériences qui t’apporteront beaucoup j’en suis certaine. Cette vie à Tallin, tu l’as désirée après tout. Bon piano!A

  21. bonjour Aurélie,
    c’est certain que tu trouves un grand changement avec ton instrument.
    c’est sûr que le touché, les nuances, le ressenti sont différents.il suffit d’écouter une interprétation comme ceux du cours. moi je suis habitué aux sons numériques
    mais quand j’écoute sur ma chaine HIFI des œuvres forcément c’est autre chose.
    de plus sur un piano acoustique le son est ce qu’il est les marteaux frappent les cordes.avec un piano numérique on peut “bidouiller” pour essayer de s’y rapprocher mais c’est impossible.amicalement

  22. Bonjour,
    Bon moi je débute..
    Pour jouer Chopin…on dit qu’il faut travailler d’une manière “kinesthésique”
    ….le 4e et 5e doigt…??
    Bon..le numérique…j’apprends dessus…c’est différent… oui mais c’est pratique….
    Bon Piano.
    Pierre.

  23. Piano numérique… j’ai fait ce choix…

    Un bon modèle est agréable car on n’a pas besoin de l’accorder, que l’on peut faire des transpositions facilement, parfois changer de timbre, de son. Ils sont de plus en plus souvent avec des toucher lourds ( les touches sont lestées avec des systèmes de marteaux qui permettent d’avoir un toucher proche de celui des vraisclaviers). Ces instruments sont souvent équipés de systèmes d’enregistrement, ou de connexion midi qui ouvrent la porte sur l’informatique musicale… (un monde passionnant aussi, mais parfois bien complexe à mettre en œuvre. Les choix sont tellement nombreux). il ne faut pas oublier aussi(pour le confort des voisins quand on est en apprentissage) la possibilité de baisser le volume ou de mettre un casque

    Le gros point négatif : la sonorité, il faut vraiment aller dans le très haut de gamme pour retrouver la richesse du son d’un bon piano classique. J’ai essayé les deux et l’échange que l’on a avec un vrai piano de Bonne facture est incomparable.

    Pour compenser ce son, j’ai fait l’acquisition de matériel supplémentaire (préamplificateur a tubes, motifrack-xs- qui contient une multitude de sons- il existe aussi des appli(line6, arturia, … que l’on charge sur un PC connecté au piano numérique via les prises midi, qui permet d’obtenir de très bonne sonorités)…

    Le monde de l’informatique musicale est vaste et le matériel en évolution perpétuelle. Y faire ses premiers pas est souvent déroutant, et demande un bon investissement financier, en temps, et aussi une petite formation si on ne pratique pas bien l’informatique.

    Très personnellement, si j’avais la place, les moyens, j’opterai assurément pour un vrai beau piano.

    Tant pis pour les voisins

    Nathalie

  24. Pour moi, pas de doute, je préfère 100 fois le piano acoustique.
    J’ai la chance d’être en maison individuelle et d’avoir pu m’acheter un Pleyel quart de queue de 1915 entièrement restauré en 1990.
    Par contre je reconnais que l’avantage du numérique c’est de pouvoir jouer et s’entrainer sans déranger les voisins ou la famille.
    Bien sur il y a aussi des pianos acoustiques d’étude pas chers qui n’aurons jamais le son d’un très bon piano et là un numérique ne sera pas si mal. Mais il manquera toujours le toucher de l’acoustique.
    Moralité, dès que l’on atteint un certain niveau et que l’on veut se faire vraiment plaisir, il faut casser sa tirelire. C’est ce que j’ai fait en 1990 avec un crédit sur 7 ans qui m’a permis de garder des mensualités raisonnables. C’était un peu fou, mais aujourd’hui je ne le regrette pas.

  25. Bonsoir Aurélie,
    Il faut ton talent et ta sensibilité pour arriver à faire passer quelque chose de Chopin en jouant sur un piano numérique
    Je ne peux pas imaginer une tentative d interprétation plus frustrante surtout pour une pianiste de ton niveau alors Bravo de t être pliée à ce délicat ” exercice ” pour l amour d enseigner le piano
    J ai hâte un jour peut être de t entendre jouer Chopin sur un piano acoustique car on se rend bien compte que tu essaye de nous faire passer ton émotion mais la profondeur manque
    Toutefois tu m es pas confrontée à un choix
    dans cette situation tu n as pas le choix alors…ça vaut le coup
    plutôt que rien !

    Merci pour ton travail de recherche
    Yvonne

  26. Bonjour Aurélie Effectivement je trouve que l’accompagnement main gauche est trop pesant. J’ai eu le plaisir de t’écouter mais je n’ai pas ressenti de chaleur ni d’émotion que tu me donnes d’habitude. Je te remercie pour nous faire partager ton interprétation qui est, malgré tout, très belle. Ne sois pas frustrée car c’est magnifique de ta part de jouer sur un piano numérique après avoir connu le piano à queue. Evidemment ce n’est pas à comparer mais tu sais t’en accommoder. Cela ne t’empêche pas de nous enseigner ton savoir faire. Peut-être qu’un jour tu pourras t’offrir plus beau, à l’image de ce que tu représentes.
    Je te le souhaite. Amicalement. Danielle

  27. Bonjour Aurélie,

    Après l’écoute sur Mamienova ! …., ceci m’a fait le même effet que si l’on m’avait fait déguster un Petrus 1947 dans une timbale en plastique. L’électronique a ses limites et c’est bien ainsi. Les pianos acoustiques ont encore de l’avenir devant eux ! Au plaisir !!!!! Jean-Luc (Mont-saint-Michel)

  28. Bonsoir Aurélie,
    Je copie-colle un commentaire du haut de la page :
    “Lorela a dit :
    Quand le choix se fait entre jouer sur le piano numérique ou pas du tout…..c’est le premier qui gagne.”
    Y’a pas photo bien sûr, mais si on réfléchit, il y a toujours mieux
    – “Ah si j’avais des mains de pianiste
    – Ah si j’avais une oreille de pianiste
    – Ah si ma mère n’avait pas refusé de m’apprendre le piano quand j’étais petite”
    Mais il y a teeeeellement pire :
    – “bouhouhou, je me suis cassé le bras
    – bouhouhou, je deviens sourde
    – bouhouhou, panne de courant, mon numérique ne me sert à rien”

    Etc…
    J’ai le bonheur d’avoir maintenant un crapaud Petrof d’occase (Caroline n’aime pas le son Petrof m’a-t-elle dit une fois). Il est dur, je le trouve “piano d’homme” (autre sujet de débat ?), il m’a intimidée au début, mais maintenant je l’adore, il est… profond, et je suis déroutée par les Pleyel par exemple, que je trouve trop… mous ?

    Je suis RAVIE d’avoir gardé mon Clavinova sur lequel je fais mon “stage intensif de piano” ces jours-ci. Je n’ose pas jouer le Petrof à cause des voisins.
    Au casque, il est très plaisant… Hier, j’ai ouvert la fenêtre, débranché le casque, et voulu jouer pour la rue… cata ! le son ne correspond plus ! Voulu aussi enregistrer une vidéo pour mes petits-enfants… cata (id.) Il faut s’habituer à ce son !
    Je crois qu’on s’habitue au son, comme à une marque de café, de bière ou de cigarette.

    Un clin d’œil en passant : les pianos à queue numérique me font quasi mourir de rire ! A moins qu’il n’y ait une résonance spéciale ????

    Une suggestion, Aurélie : quand tu pourras sortir, vas enregistrer ton prélude sur un piano acoustique… et tu seras contente de nous faire partager tes émotions !

    Bon piano à tous et vivent les festivals ! je croise les doigts, je ne suis pas loin de la Roque d’Anthéron

  29. Bonjour Aurélie,

    J’utilise l’application Apple « Yamaha Digital Piano » dédiée au Clavinova 625. C’est une application qui rend les réglages du son très simples. Voici le lien de la vidéo où je montre les différences de sons selon la profondeur de la réverbération dans une salle de concert. : https://youtu.be/puW74uim7-I
    Je pense que c’est une piste que tu dois exploiter pour rendre ton jeu sublime…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.