Voici la transcription texte de la vidéo.

Bonjour les accros du piano , j’espère que vous allez bien. Je suis Aurélie d’1piano1blog et bienvenue sur la vidéo l’Instant Piano. Aujourd’hui je vais répondre à la question de Romain : Comment surmonter le stress et le trac de jouer en public ?

Tout d’abord Romain je te remercie d’avoir posé cette question qui est cruciale dans la vie d’un pianiste. Le stress au piano se manifeste de plusieurs manières , on peut avoir des tremblements, la transpiration excessive comme tu le dis dans ton commentaire. Mais ça peut être aussi la gorge sèche, l’envie d’aller aux toilettes toutes les deux minutes, des petits papillons dans le ventre etc.

Tout d’abord, il faut savoir que c’est normal et qu’à chaque fois qu’on joue en public, on va ressentir des choses comme ça. En tout cas, pour ma part, à chaque fois que je joue en public je ressens d’une manière ou d’une autre le stress le trac, une espèce d’appréhension.

Pour moi il est tout à fait normal et il faut faire avec. Comme ce trac et cette appréhension existent ce que je te propose moi c’est de faire “avec”. On ne va pas lutter contre. On ne va pas faire comme si il n’existait pas. Ce n’est pas vrai. Il est là. Donc, on va au contraire essayer de faire “avec” et de se préparer à avoir le trac mais à ce que ça ne nous gêne pas pour jouer le jour du concert.

Le trac va devenir notre ami. C’est donc le mental qui va jouer un rôle très important. C’est la préparation mentale pour ton concert pour ton audition qui va être importante. Tout comme les sportifs de haut niveau il va falloir se préparer mentalement. Moi ce que je te propose de faire pour t’aider à surmonter ton trac est de visualiser la scène. C’est à dire que tu connais la date à laquelle tu vas jouer ton concert. On va dire par exemple dans un mois. Tu as cette date butoir, tu dois te préparer pour cette date là. C’est ton point d’arrivée. Evidemment il est impératif de connaitre son programme à 200% . Pas à 100%, il ne faut pas être juste sûr de soi. Il faut vraiment être archi sûr de soi, ça c’est la première chose.

Ensuite tu vas t’entraîner à te mettre en situation. C’est à dire que tu vas visualiser que tu es dans la salle de concert , tu vas visualiser que ton public est là. Tu vas visualiser que tu es heureux de partager ce moment et tu vas jouer ton programme entier, les morceaux dans l’ordre dans lesquels tu vas jouer le jour du concert. Pendant que tu joues tes morceaux, tu vas te reconnecter avec les émotions que tu as ressenties la dernière fois que tu as joué en public. Tu peux te concentrer sur ce que tu ressens au niveau du ventre, les papillons dans le ventre. Tu peux te concentrer au niveau des mains, du tremblement, de la respiration. Peu importe ! Ou alors tout simplement les bruits que tu entends et qui te font perdre le fil de ta concentration. Comme le chien qui vient d’aboyer !

Tout en jouant ton morceau tu revis ces émotions là : imagine que quelqu’un entre dans la pièce, que quelqu’un sort. Tu peux imaginer tout sorte de bruits : quelqu’un tousse, quelqu’un lit un journal peu importe ! Imagine tout ce qui pourrait te faire dévier de ta concentration. Termine tes morceaux. Fais ton salut devant ton public. Imagine un public bienveillant, heureux qui t’applaudit, qui te remercie pour ce merveilleux moment passé. Et puis tu quittes la scène en étant heureux toi d’avoir partager ce moment avec ton public.

Ça s’est la technique de visualisation qui peut t’aider à mieux gérer ton trac. Car de toute façon, ton trac, tu l’auras. Le stress de jouer devant un public on l’a. On l’apprivoise petit à petit en se mettant en situation.

Ensuite tu peux augmenter le degré de situation : tu prends ta caméra et tu te filmes. Tu imagines que ton public est là. Tu allumes ta caméra, tu imagines que ton public est là. Tu fais ton salut. Tu joues tes morceaux. Tu re-salues ton public. Tu remercies. Tu éteins ta caméra.

Tu peux aussi demander à quelqu’un de t’écouter. Tu peux aussi t’entraîner en faisant un concert privé avec quelques personnes. Ça marche aussi. Parce que finalement, ce n’est pas le nombre de personnes qui est important. Une personne suffit. Rien que le fait de savoir qu’on est écouté,  ça nous perturbe, ça nous déconcentre. Ça nous enlève de notre bulle. Plus tu vas t’entraîner à jouer devant des gens plus tu vas pouvoir maîtriser ces émotions.

Comme je te le disais tout à l’heure, c’est vraiment le mental qui est important. Pendant que tu joues en public, il faut que tu gardes ta concentration sur ce que tu fais. 

Peu importe que tes mains glissent, peu importe que tes mains tremblent, peu importe qu’il y ait du bruit dans la salle. Peu importe que le piano ne soit pas aussi bon que ça. que l’acoustique soit un peu désagréable. Il faut faire avec. Il faut vraiment rester concentrer à ce que tu fais. Tu restes concentré dans ta musique et il faut garder ce FLOW. Quand je parle de flow, je parle du flow F.L.O.W.

Le flow c’est quand tu es dans un état de concentration, quand tu joues du piano et que tu ne vois pas le temps passer. Tu es en train de jouer du piano et tu prends tellement de plaisir à jouer du piano que tu ne vois pas le temps passer. Ça peut être au piano mais ça peut être dans n’importe quelle activité de la vie. Donc c’est ce flow là, cette connection avec ce que tu es en train de faire. Tu oublies tout le reste.  Le reste, même si il est là, tu l’entends mais tu ne lui accorde que très peu d’importance. Tu restes vraiment complètement concentré dans ton activité. Et c’est ça qui va t’aider à mieux jouer en public. Ça couplé à un entraînement à se mettre en situation le plus souvent possible.

Donc se mettre en situation le plus souvent possible, ça va banaliser le fait de jouer en public. Parce qu’évidemment, nous en tant que pianiste, quand on répète à la maison. On est seul. Notre piano est toujours dans le même endroit. Il ne bouge pas. On est toujours dans le même environnement. On est habitué à cet environnement. Rien que le fait de changer d’environnement ça amène une difficulté pour nous, pour rester connecter, pour rester concentrer.

C’est pour cela que je te dis de t’entrainer le plus souvent possible à jouer en public dans n’importe quelle condition. Cela peut être le piano de la gare. Ça peut être chez des ami-e-s. Ça peut être dans un café si tu vois un piano.  Il faut vraiment saisir chaque occasion de jouer en public. Affronter ses peurs.

Voilà Romain, j’espère que j’ai répondu à ta question et que cela va t’aider. En tout cas j’ai été très heureuse de répondre à cette question.

Si vous avez aimé le contenu de cette vidéo  n’hésitez pas à « liker » sur les boutons j’aime à gauche de la vidéo ou en bas si vous êtes sur Facebook ou Youtube. Si vous avez des questions, si vous avez des commentaires, écrivez-les moi jute en dessous de la vidéo. J’y répondrais avec grand plaisir.

Voilà, c’est tout pour moi, allez hop, moi je retourne au piano et je vous dis à très vite. Alors à bientôt et bon piano !

 

 

Bye bye.

 

Perdre les pédales quand quelqu’un entre dans la pièce …

Perdre les pédales quand quelqu’un entre dans la pièce, que faire ?

Pour laisser un commentaire, merci de cliquer sur” Lire la suite” et la zone de commentaire apparaitra tout en bas de la page 🙂

Les faux-départs au piano

Les faux-départs au piano

Lien de l’article sur la partition : “J’apprends le piano tout simplement” de Christophe Astié : https://1piano1blog.com/la-methode-de-piano-adulte-debutant/

Se préparer a jouer en public

Vous allez participer à une audition, on vous a demandé de jouer à un concert ou bien vous êtes programmé à la fête de la musique. Mais l’idée de jouer devant un public vous fait peur, vous sentez le trac venir. Vous ressentez des émotions contradictoires, vous avez envie de monter sur scène pour jouer et en même temps la peur vous tenaille et vous empêche de le faire.

 

Entrainez-vous !

La première chose à faire est d’être sûr de son texte. Jouez régulièrement, entraînez-vous tous les jours. Ne laissez pas passer un jour sans avoir joué. Si c’est le cas, doublez le temps de la séance suivante.

Jouez par coeur.

Apprenez votre morceau par coeur.
Beaucoup de pianistes font l’erreur de jouer avec leur partition même quand ils connaissent leur morceau par coeur. Posez votre partition sur le côté du piano et jouez-la de mémoire.

Projetez-vous !

Imaginez-vous le jour du concert et jouez comme si le public était là. Faites le point après coup. Pouvez-vous améliorer certaines choses ?

Si vous avez peur de jouer en public, c’est tout à fait normal. Quand on joue en public on sort de notre zone de confort. Beaucoup de personnes ressentent le trac, plutôt que de l’éviter je vous propose de vous familiariser en pratiquant l’exercice suivant.

Exercice à faire chez vous :

Imaginez que c’est le jour J.
Vous êtes dans la salle de concert, le public est là et votre tour approche.
Vous entendez votre nom.
Imagine-vous vous dirigez vers la scène. Installez-vous au piano et réglez votre siège.
Imaginez le public jusqu’à
 ressentir les petits signes de trac.
Prenez une inspiration profonde  et expirez.
Concentrez-vous. Jouez votre morceau d’un bout à l’autre sans vous arrêter.
Quand vous avez terminé, sortez de la scène en imaginant les applaudissements du public.

Cet exercice est très efficace. Vous pouvez varier cet exercice demandant à quelqu’un de vous écouter ou en vous enregistrant.

Faites un bilan de votre prestation du point de vue technique en pointant les passages à réviser.
Ensuite, demandez-vous si vous avez réussi à interpréter le morceau en y mettant les nuances, en gardant le bon tempo ?
La plupart du temps ce ne sont pas les aspects techniques qui nous empêchent de bien jouer en public. C’est plutôt votre capacité à maîtriser vos émotions.
Passez en revue les émotions que vous avez ressenties. Analysez-les.

Plus vous vous serez préparé plus vous trouverez agréable de jouer en public.
Pensez que le public est bienveillant, qu’il ne vous veut pas de mal.  Vous n’aurez pas le même ressenti que lui. Alors que vous aurez en tête toutes les erreurs que vous avez commises, le public lui n’y aura pas fait attention. C’est l’impression générale qui compte. Le public est plutôt impressionné par le simple fait que vous puissiez jouer de la musique.  Il sera indulgent envers vous, bien plus que vous-même. Si vous faites quelques erreurs, relativisez-les.

Si cet article vous a plu, vous pourriez me laisser en commentaire ce que vous ressentez quand vous jouez en public !

20 réponses

  1. BOnsoir le trac me paralyse j’ai une audition fin Janvier et je suis anxieuse de revivre ce trac. Je ne maitrise plus ma musique en audition, mes mains tremblent je suis en apnée … Je prends de l’homéopathie … Que dois je faire ??? J’admire votre aisance au piano un grand merci pour ce partage vous me faites beaucoup de bien

    1. Bonjour Anne, tout d’abord et si vous le pouvez essayez de relativiser. Vous allez jouer en public, mais votre vie ne va pas changer ! Ce que je vous conseille est de travailler consciencieusement votre morceau pour votre audition en respectant les consignes données par votre professeur. Puis faites l’exercice que je propose au-dessus.
      Chaque jour, redites-vous que vous serez prête le jour J.
      vous pouvez aussi faire l’auto-suggestion, c’est très efficace. En fermant les yeux, souvenez-vous d’un moment qui vous a procuré beaucoup de plaisir. Revivez les émotions et l’état de bien être que vous aviez ressenti. Et dites vous que vous n’avez pas le trac. Dites-moi si ces astuces vous aident !

  2. j’ai participé à un concert de noël organisé par notre professeur.
    Ce fut pour moi une dure épreuve.
    Quand ce fut à mon tour de jouer j’ai eus un trou noir j’ai joué trois mesures et je me suis arrête.J’ai repris ma respiration et j’ai recommencé depuis le début et rebelote un trou noir à la fin de la troisième mesure.Mon professeur est venue à mon secours en me soufflant les notes suivantes à jouer mais malgré cela je n’y arrivait pas.
    je joue cette partition devant mon compagnon et mon professeur sans souci.
    Est ce le trac qui m’a perturbé?

    1. Oui cela ressemble au trac. Quand le trac arrive, le corps nous fait des choses inconnues jusqu’à présent. Ce qui explique que vous pouvez savoir votre morceau, que vous êtes capable de le jouer devant votre compagnon mais il y a un petit blocage pour vous devant un public. Rassurez-vous, vous avez identifié le problème. Maintenant il faut l’apprivoiser !

  3. Bonjour Aurelie
    Oui le trac qui ne l a pas ? Il n est jamais parti tout dépend de l enjeu et de l environnement. Il faut savoir ses partitions sur le bout des doigts et savoir la jouer à 200/100. Je fais quelques exercices arpèges ou suites d accords sur plusieurs octaves de cette façon je m installe dans le cadre mais je ne rejoue jamais mes partitions avant ma prestation.
    J entre en scène je m installe calmement en essayant d oublier les gens.
    Puis je me lance sans bavures jusqu au bout.
    Inutile de se droguer il faut être sûr de soi et surtout si t es prêt ne pas rererépéter!
    Ce n’est que mon avis mais au debut j étais mort de trouille.
    Amicalement.

    1. Merci de partager ton “truc” à toi. Ca prouve bien qu’on ne réagit pas tous de la même manière pour faire face au trac !

  4. Bonjour Aurélie,

    Comment savoir dans quelle mode est composé un morceau vu que une tonalité majeure à la même armure que sa relative mineure.
    Autrement dit comment je peux savoir si je suis en Do majeur ou La mineur ?
    En regardant la dernière note ?
    Merci pour vos éclaircissements.

    1. Excellente question Calogera. En effet, je regarde la dernière note ou pour être plus précise le dernier accord du morceau. Cela fera un très bon sujet pour une prochaine vidéo 🙂

  5. merci Aurélie je vais tester sur un morceau que je maitrise cordialement Marcel

  6. Bonjour Aurélie.Ma question n’a rien à voir avec le sujet abordé: quand je joue un bon moment au piano ,il m’arrive très souvent d’avoir mal en haut du dos ,à la base du cou,sans avoir l’impression d’être particulièrement crispėe.Avez vous un conseil à me donner pour éviter cela? Merci et bon week end.

    1. Les maux de dos sont très fréquents au piano et ils peuvent venir de différentes sources.
      Dans un cas comme cela, je me filmerais pour observer ma posture. Parfois on n’a pas conscience de se tenir de la mauvaise manière. En se voyant on peut se rendre compte de certains défauts.

      Et si la douleur est trop forte, je demande un rdv chez un Kiné 🙂

  7. Bonsoir Aurélie.
    Je rentre de vacances et je découvre avec plaisir toutes tes vidéos que j’apprécie vivement. Elles sont très bien faites, toujours très claires. Dommage que tu ne sois pas mon professeur. Effectivement je perds assez facilement les pédales lorsque quelqu’un rentre dans la pièce où je joue du piano mais avec le temps j’en ai gagné. J’arrive à jouer du presque par cœur. Actuellement je joue “la Ballade de Johnny Jane – de Serge Gainsbourg” et “Roméo et Juliette – de Nino Rota”. Très plaisant.
    As tu passé d’excellentes vacances ? avec tout ce que tu fais tu dois en avoir besoin.
    Merci pour tous tes bons conseils. J’aime te voir et t’écouter sur tes vidéos. Ceci m’encourage à continuer à jouer dans mes moments “difficiles”. A bientôt donc pour tes prochaines vidéos. Dany.

    1. Merci Dany pour ton message, je vois que tu as un beau programme au piano. Et pour ma part je vais prendre un petit peu de vacances les 2 prochaines semaines 🙂

  8. Bonjour Aurélie,pendant plusieurs jours impossible d’accéder au site…aujourd’hui,miracle ça remarche!!j’ai beaucoup apprécié cet article.Avant dès que quelqu’un rentrait dans la pièce,j’arrêtai immédiatement de jouer…maintenant je m’efforce de ne pas en tenir compte,et petit à petit ça va mieux…j’arrive même à jouer pendant que l’on me parle..(pas trop longtemps quand même).
    J’ai d’abord essayé de jouer en laissant les fenêtres ouvertes…
    Bonne journėe à toi et continue à nous faire partager ton expérience!

    1. Bonjour Mathé, et merci de me signaler ce problème d’accès au site. Je viens de voir qu’il y a un très gros travail à faire sur le site pour éviter tous ces problèmes !

      Très bien le truc des fenêtres ouvertes et bravo pour d’avoir réussi à franchir ce cap de continuer à jouer même si quelqu’un entre dans la pièce 🙂

  9. Au conservatoire, j’ai eu bien des occasions de faire des auditions et de passer des examens, vous connaissez ça aussi Aurélie. Je crois qu’à force, j’ai appris à dominer mon stresse. Personnellement, je faisais des exercices de relaxation avant les épreuves et ça marchait assez bien. Je m’imaginait dans la salle, en train de papoter d’égal à égal avec le jury, ou bien, sur scène en train de jouer. En même temps, je modulais ma respiration. Vers la fin de mes années de conservatoire, je crois que j’étais capable de rentrer dans une salle d’examen comme si je rentrais dans ma chambre. J’arrivais même à plaisanter avec les jurés lorsqu’ils me sortaient des réflexions désobligeantes. Ah tiens ça ! Ça serait marrant de faire un petit catalogue à la Prévert des réflexions farfelues des jurés. Je pourrais vous raconter celle qui m’a le plus marqué si ça vous dit.

    1. Merci Raphaël de partager tes trucs pour dominer ton stress, et bravo d’avoir réussi à plaisanter avec les jurés même quand ils faisaient des réflexions désagréables.
      Oui, ce serait vraiment intéressant de lire votre catalogue des réflexions farfelues des jurés. Sur 1piano1blog on aime les partages d’histoires vécues 🙂

      1. Celle qui m’a marqué était lors des examens de fin d’études. On avait une épreuve chantée, on devait exécuter un extrait d’une œuvre de Honeger, ou il y avait essentiellement un sol et un fa#. Je précise que je ne suis pas chanteur et n’ai fait aucune étude en ce sens. La jurée m’a dit à la fin : « Vos fa dièses ressemblent à des sol bémols ». C’est là que je me suis dit qu’il falait prendre les choses avec recule et qu’ils étaient complètement barrés et ne savaient plus quoi dire pour casser les candidats.

Laissez-moi vos remarques ou vos suggestions !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.