Comment jouer du piano sans stresser devant un public ?

Comment jouer sans stresser devant un public ?

Voici la transcription texte de la vidéo.

Bonjour les accros du piano , j’espère que vous allez bien. Je suis Aurélie d’1piano1blog et bienvenue sur la vidéo l’Instant Piano. Aujourd’hui je vais répondre à la question de Romain : Comment surmonter le stress et le trac de jouer en public ?

Tout d’abord Romain je te remercie d’avoir posé cette question qui est cruciale dans la vie d’un pianiste. Le stress au piano se manifeste de plusieurs manières , on peut avoir des tremblements, la transpiration excessive comme tu le dis dans ton commentaire. Mais ça peut être aussi la gorge sèche, l’envie d’aller aux toilettes toutes les deux minutes, des petits papillons dans le ventre etc.

Tout d’abord, il faut savoir que c’est normal et qu’à chaque fois qu’on joue en public, on va ressentir des choses comme ça. En tout cas, pour ma part, à chaque fois que je joue en public je ressens d’une manière ou d’une autre le stress le trac, une espèce d’appréhension.

Pour moi il est tout à fait normal et il faut faire avec. Comme ce trac et cette appréhension existent ce que je te propose moi c’est de faire “avec”. On ne va pas lutter contre. On ne va pas faire comme si il n’existait pas. Ce n’est pas vrai. Il est là. Donc, on va au contraire essayer de faire “avec” et de se préparer à avoir le trac mais à ce que ça ne nous gêne pas pour jouer le jour du concert.

Le trac va devenir notre ami. C’est donc le mental qui va jouer un rôle très important. C’est la préparation mentale pour ton concert pour ton audition qui va être importante. Tout comme les sportifs de haut niveau il va falloir se préparer mentalement. Moi ce que je te propose de faire pour t’aider à surmonter ton trac est de visualiser la scène. C’est à dire que tu connais la date à laquelle tu vas jouer ton concert. On va dire par exemple dans un mois. Tu as cette date butoir, tu dois te préparer pour cette date là. C’est ton point d’arrivée. Evidemment il est impératif de connaitre son programme à 200% . Pas à 100%, il ne faut pas être juste sûr de soi. Il faut vraiment être archi sûr de soi, ça c’est la première chose.

Ensuite tu vas t’entraîner à te mettre en situation. C’est à dire que tu vas visualiser que tu es dans la salle de concert , tu vas visualiser que ton public est là. Tu vas visualiser que tu es heureux de partager ce moment et tu vas jouer ton programme entier, les morceaux dans l’ordre dans lesquels tu vas jouer le jour du concert. Pendant que tu joues tes morceaux, tu vas te reconnecter avec les émotions que tu as ressenties la dernière fois que tu as joué en public. Tu peux te concentrer sur ce que tu ressens au niveau du ventre, les papillons dans le ventre. Tu peux te concentrer au niveau des mains, du tremblement, de la respiration. Peu importe ! Ou alors tout simplement les bruits que tu entends et qui te font perdre le fil de ta concentration. Comme le chien qui vient d’aboyer !

Tout en jouant ton morceau tu revis ces émotions là : imagine que quelqu’un entre dans la pièce, que quelqu’un sort. Tu peux imaginer tout sorte de bruits : quelqu’un tousse, quelqu’un lit un journal peu importe ! Imagine tout ce qui pourrait te faire dévier de ta concentration. Termine tes morceaux. Fais ton salut devant ton public. Imagine un public bienveillant, heureux qui t’applaudit, qui te remercie pour ce merveilleux moment passé. Et puis tu quittes la scène en étant heureux toi d’avoir partager ce moment avec ton public.

Ça s’est la technique de visualisation qui peut t’aider à mieux gérer ton trac. Car de toute façon, ton trac, tu l’auras. Le stress de jouer devant un public on l’a. On l’apprivoise petit à petit en se mettant en situation.

Ensuite tu peux augmenter le degré de situation : tu prends ta caméra et tu te filmes. Tu imagines que ton public est là. Tu allumes ta caméra, tu imagines que ton public est là. Tu fais ton salut. Tu joues tes morceaux. Tu re-salues ton public. Tu remercies. Tu éteins ta caméra.

Tu peux aussi demander à quelqu’un de t’écouter. Tu peux aussi t’entraîner en faisant un concert privé avec quelques personnes. Ça marche aussi. Parce que finalement, ce n’est pas le nombre de personnes qui est important. Une personne suffit. Rien que le fait de savoir qu’on est écouté,  ça nous perturbe, ça nous déconcentre. Ça nous enlève de notre bulle. Plus tu vas t’entraîner à jouer devant des gens plus tu vas pouvoir maîtriser ces émotions.

Comme je te le disais tout à l’heure, c’est vraiment le mental qui est important. Pendant que tu joues en public, il faut que tu gardes ta concentration sur ce que tu fais. 

Peu importe que tes mains glissent, peu importe que tes mains tremblent, peu importe qu’il y ait du bruit dans la salle. Peu importe que le piano ne soit pas aussi bon que ça. que l’acoustique soit un peu désagréable. Il faut faire avec. Il faut vraiment rester concentrer à ce que tu fais. Tu restes concentré dans ta musique et il faut garder ce FLOW. Quand je parle de flow, je parle du flow F.L.O.W.

Le flow c’est quand tu es dans un état de concentration, quand tu joues du piano et que tu ne vois pas le temps passer. Tu es en train de jouer du piano et tu prends tellement de plaisir à jouer du piano que tu ne vois pas le temps passer. Ça peut être au piano mais ça peut être dans n’importe quelle activité de la vie. Donc c’est ce flow là, cette connection avec ce que tu es en train de faire. Tu oublies tout le reste.  Le reste, même si il est là, tu l’entends mais tu ne lui accorde que très peu d’importance. Tu restes vraiment complètement concentré dans ton activité. Et c’est ça qui va t’aider à mieux jouer en public. Ça couplé à un entraînement à se mettre en situation le plus souvent possible.

Donc se mettre en situation le plus souvent possible, ça va banaliser le fait de jouer en public. Parce qu’évidemment, nous en tant que pianiste, quand on répète à la maison. On est seul. Notre piano est toujours dans le même endroit. Il ne bouge pas. On est toujours dans le même environnement. On est habitué à cet environnement. Rien que le fait de changer d’environnement ça amène une difficulté pour nous, pour rester connecter, pour rester concentrer.

C’est pour cela que je te dis de t’entrainer le plus souvent possible à jouer en public dans n’importe quelle condition. Cela peut être le piano de la gare. Ça peut être chez des ami-e-s. Ça peut être dans un café si tu vois un piano.  Il faut vraiment saisir chaque occasion de jouer en public. Affronter ses peurs.

Voilà Romain, j’espère que j’ai répondu à ta question et que cela va t’aider. En tout cas j’ai été très heureuse de répondre à cette question.

Si vous avez aimé le contenu de cette vidéo  n’hésitez pas à « liker » sur les boutons j’aime à gauche de la vidéo ou en bas si vous êtes sur Facebook ou Youtube. Si vous avez des questions, si vous avez des commentaires, écrivez-les moi jute en dessous de la vidéo. J’y répondrais avec grand plaisir.

Voilà, c’est tout pour moi, allez hop, moi je retourne au piano et je vous dis à très vite. Alors à bientôt et bon piano !

Bye bye.

 

Vous avez apprécié cet article ?
Indiquez-moi juste votre  nom et votre email et je vous envoie gratuitement mon guide :
Ma méthode en 5 semaines pour monter un morceau.

Partagez l'article
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
    1
    Partage
  •  
  •  
  •  
  • 1
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *