2 astuces pour améliorer son déchiffrage ? Faq#2#

Améliorer le déchiffrage au piano.

Améliorer le déchiffrage au piano.

Dans cet article je réponds à une question de Christine à propose du déchiffrage. Si comme elle vous rencontrez des difficultés dans la lecture de partition de piano, le contenu devrait vous intéresser !

Bonjour ma bête noire : le déchiffrage . Je ne suis qu’une grand-mère qui se fait plaisir avec le piano (…). La difficulté : sentir qu’il y a plus d’écarts pour une main que pour l’autre pour jouer les mêmes notes.

Christine

Le déchiffrage est un problème récurrent pour beaucoup de pianistes. Nous savons lire les notes et pourtant nous ne savons pas toujours bien déchiffrer nos partitions. Pour progresser en déchiffrage il faut développer ses réflexes.
Nous allons tout d’abord différencier l’apprentissage d’un morceau et le déchiffrage. Car le déchiffrage est une discipline à part entière.

La tâche principale du pianiste est d’apprendre un ou deux morceaux à la fois. Pour apprendre un morceau, nous le répétons en fixant toute notre attention sur les détails. Nous prenons notre temps, revenons en arrière et nous répétons les passages difficiles. Les tutos de cours que j’ai fait sont des exemples qui vont dans ce sens. Nous répètons pendant plusieurs semaines le même morceau. Le déchiffrage peut durer plusieurs semaines. Dans ce cas de figure, nous ne travaillons pas nos réflexes de lecture, nous n’apprenons pas à bien déchiffrer, nous apprenons à bien jouer un morceau. Ce qui est différent.

Astuce n°1 : entraînez-vous à déchiffrer des partitions de piano faciles !

Vous avez tout à gagner en commençant votre séance de piano par un exercice de déchiffrage. En quoi consiste cet exercice ?

Choisissez une partition trop facile pour vous, voir beaucoup trop facile. Cherchez dans vos recueils ou sur les sites spécialisés. N’importe quelle partition fera l’affaire, pourvu qu’elle soit d’un niveau largement inférieure à ce que vous travaillez actuellement. Puis suivez les 5 étapes pour déchiffrer un morceau de piano.

  • Regardez la partition globalement dans un premier temps pour la découvrir.
  • Approfondissez votre lecture  (chiffrage de mesure, armature, reprises, structure…)
  • Lisez le rythme et installez-vous dans une pulsation intérieure.
  • Ajoutez à votre lecture les notes
  • Mettez-vous au piano avec une idée en tête : aller jusqu’au bout quoiqu’il arrive !

Choisissez un nouveau morceau à chaque séance. Donnez-vous 10 minutes pour lire le morceau et jouez-le 2 ou 3 fois maximum.
A la séance suivante changez de morceau. En pratiquant régulièrement cet exercice vous augmenterez vos réflexes de lecture.

Astuce n°2, transposez une partition facile pour améliorer votre déchiffrage !

C’est une piste de travail à explorer. Prenez un morceau simplissime (Au clair de la lune) et transposez-le dans différente tonalités. Quel est votre intérêt à faire cela ?

La transposition développe :

  • l’oreille, puisqu’on doit chercher les notes de la nouvelle mélodie
  • les automatismes. Plus nous lisons plus nous développons des automatismes de lecture. Nous associons les mouvements de la partition aux gestes.
  • les écarts, en transposant nous travaillons toutes les positions de la main et nous devons adapter la position de main. Les écarts entre les doigts sont abordés progressivement. En Do Majeur, nous utilisons uniquement les touches blanches, nous ajoutons des touches noires au fur et à mesure de la transposition.
  • la lecture, quand nous transposons à vue, nous ne lisons pas la note pour elle-même, nous lisons de façon plus globale. C’est la lecture relative. Notre attention est portée sur les mouvements de la ligne mélodique qui forme des vagues sur la partition et sur les intervalles.

Transposez une partition très simple à chaque séance (Au clair de la lune par exemple).
Jour 1 : jouez Au clair de la lune en DO Majeur puis transposez en Sol Majeur

Jour 2 : jouez Au clair de la lune en DO Majeur puis transposez en Sol & Ré Majeur

Jour 3: jouez Au clair de la lune en DO Majeur puis transposez en Sol, Ré & La Majeur.
Ainsi de suite…

Passez en revue toutes les tonalités, puis prenez une autre mélodie.

Appliquez ces 2 conseils quotidiennement et les progrès se feront sentir et persévérez ! Vous progresserez si vous faites ces exercices dans la durée, cela ne servira à rien si vous faites les exercices une fois en passant. Si vous voulez progresser, donnez-vous les moyens en déchiffrant et transposant toutes les partitions de piano faciles qui passent entre vos mains.

Partagez dans les commentaires vos progrès et difficultés à appliquer ces conseils.

Bon piano !

Vous avez apprécié cet article ?
Indiquez-moi juste votre  nom et votre email et je vous envoie gratuitement mon guide :
Ma méthode en 5 semaines pour monter un morceau.

Recherches utilisées pour trouver cet article :comment augmenter sa vitesse de lecture de notes partitions
Partagez l'article
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

10 réflexions au sujet de « 2 astuces pour améliorer son déchiffrage ? Faq#2# »

  1. Bonjour, c’est une première pour moi, je découvre votre blog ce matin (FB). Je viens d’ouvrir un dossier plastifié afin d’un stocker toutes vos astuces que( j’ai) et vais imprimer par la suite. J’espère que ce ne sera pas un classeur de plus sur mes étagères, et que je prendrai le temps de le compulser le plus souvent possible. J’attaque ma 12 ème année de cours avec un prof particulier. Je commence vraiment à me faire plus que plaisir sur des nocturnes que je peux déchiffrer et jouer des deux mains toute seule et corriger ensemble avec mon prof : tempo, nuances etc…Et là, c’est la 2 ème partie du travail qui commence…le déchiffrage est toujours un grand plaisir pour moi, surtout lorsqu’il s’agit d’une oeuvre que je n’ai jamais entendue et que dès la fin de la première page, je ressens cet extraordinaire coup de coeur en me disant, ” c’est celle-là que je veux travailler’ et ce bonheur indicible qui va m’accompagner durant de longues semaines voire de longs mois…Il m’arrive encore de ressentir des frissons à chaque fois que je passe certaines mesures (toujours les mêmes), je ne m’en lasse pas. Et ensuite, l’aboutissement de tous ces efforts : l’audition trimestrielle. Et alors, là, : grande catastrophe ! Des la 6ème ou 7ème mesure, alors que je me sens bien et me dis (cette – fois, tu vas y arriver à le surmonter ce fichu trac)…: .les incontrôlables tremblements des épaules aux pédales, jusqu’au bout… et voilà la récompense ces mois de travail en communion parfaite avec mon oeuvre…J’ai l’impression d’avoir tout saccagé, et je m’en veux terriblement et reste plusieurs jours avant de me décider à jouer de nouveau ce morceau que j’ai tant aimé et que j’ai détesté le temps de l’audition. Voilà, c’était juste une petite présentation de ce qui semble être mon gros handicap : le trac lié probablement au manque d’assurance (inconscient car , je le maîtrise très bien mon jeu avant de partir de chez moi.) Merci à l’avance de tous les conseils que je vais pouvoir puiser sur votre blog Aurélie. A très bientôt donc. Midane.

    • Bonjour Midane, merci pour ton partage. Tout d’abord bravo pour ton travail et ta persevérance. Et quand au trac, des solutions existent. Il faut prendre le problème à bras le corps ! Tu peux lire en attendant l’article sur le sujet et je te conseille la visualisation, c’est très efficace. 🙂

  2. Bonjour Aurélie,
    j’aime beaucoup l’idée des 10 minutes par séance.
    Je trouve également que c’est important de garder du temps pour jouer et mémoriser les morceaux plus conséquents.
    Bravo pour cet article !

  3. Bonjour Aurélie,
    Depuis plusieurs mois,Je pratique la lecture des partitions tous les jours en changeant régulièrement de partitions. J’arrive aujourd’hui à jouer directement des 2 mains des partitions simples en première lecture à environ 15% de la vitesse normale de la partition. Mais je me demande au bout d’un moment si cela ne devient pas un oreiller de paresse car de ce fait je ne cherche plus à mémoriser le morceau, je le joue en lisant sans chercher à le mémoriser. Donc à ce stade je m’oblige à apprendre par cœur. D’autre part, j’ai le sentiment que je devrais travailler aussi le jeu à l’oreille car je pense que cela devrait m’aider pour la mémorisation.
    Merci pour tous tes conseils.
    Un autodidacte qui a commencé le piano à 68 ans depuis 4 ans sans aucune connaissance de la musique(ni solfège, ni instrument) et je joue tous les jours avec grand plaisir.
    Daniel

    • Tout d’abord, bravo Daniel pour ton courage de travailler la lecture quotidiennement. C’est exactement ce qu’il faut faire pour progresser en déchiffrage de partition. Quand à devenir un pianiste accompli, cela ne suffit pas. Tu as bien raison, il faut continuer à travailler l’oreille et mémoriser ses morceaux.
      Encore bravo pour ton dynamisme 🙂

    • Bonjour Antoine,
      Oui, on dit souvent que le musique est un langage. Si nous réussissons à comprendre ce que nous lisons pour la première fois, nous pouvons faire de la musique en lisant pour la première fois une partition.

  4. Je retiens l’idée de la transposition que je ne pense pas à faire. Pour le reste, grâce à ma professeur de piano, Caroline, j’ai bien améliorer mon niveau de déchiffrage avec la lecture globale, la simplification, le fait de jouer jusqu’au bout du morceau, du moment qu’on respecte le rythme. Avec un peu de ténacité, ça marche !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *