Jouer du Chopin sur un piano numérique : pour ou contre ?

En passant

Cela fait deux ou trois semaines que je m’essaie à jouer du Chopin sur un clavier numérique. Le résultat est sans appel !

Comme tu le sais, j’ai fait le choix d’une vie plus libre depuis quelques mois. Quand je dis libre, cela se lit à plusieur niveaux.

  • Liberté géographique pour voyager et ouvrir de nouveaux horizons.
  • Liberté d’horaires : j’ai peu de rendez-vous donc peu de contraintes horaires.
  • Liberté de choisir les pianistes que je peux aider. En faire moins, mais mieux.
  • Liberté de mes projets liés au piano en ouvrant ma propre voix sur les formations pianistiques.
  • Liberté financière : je me finance à 100% avec mes revenus professionnels. Je ne dépends d’aucune aide de quiconque.

Bref, tout cela fait rêver, mais parfois, il y a un prix à payer. Et je vais te l’expliquer.

Cela fait 3 semaines que j’ai le nez dans Chopin. La recherche des oeuvres les plus abordables, la recherche historique, le choix de l’oeuvre, les doigtés, l’analyse de la partition etc… Et de temps en temps, je prends le temps de jouer ! Parce que c’est un comble, il m’arrive de n’avoir pas le temps de jouer de piano quand je plongée dans mes recherches tant cela me passionne !

Mais voilà, avec ma vie de « digitale pianiste confinée à Tallinn », je joue sur mon clavinova. Et ….

pour jouer du Chopin …..

…..

Cela ne va pas ! Je n’arrive pas à obtenir la sonorité souhaitée et je n’ai pas beaucoup de plaisir à jouer. Tu sais, je suis née avec une cuillère d’argent dans la bouche. Depuis que je suis enfant, j’ai toujours joué sur des pianos à queue. Cela me berce depuis mon enfance.

Alors, en ce moment, la frustration me gagne.

Sais-tu le pire dans tout ça ?

J’adore ! Pour moi, rien de telle que l’expérience vécue pour me rendre compte à quel point essayer de jouer Chopin sur un clavinova peut être frustrante sur un piano numérique.

Je ne dis pas que l’on ne peut pas.
On peut. 

Ce que je dis, c’est que je ne retrouve pas les sensations aussi profondes qu’avec le piano. Je ne retrouve pas cet univers particulier et cette fusion entre l’instrument et moi-même. Je ne retrouve pas les émotions qui papillonnent dans mes tripes.

Tu vas te demander pourquoi j’aime ça alors ? 

Tout simplement parce que c’est justement cette expérience de digitale « pianiste confinée à Tallinn » qui révèle tout cela. Sans cette exérience vécue de l’intérieur, je ne me serais pas rendue conmpte physiquement. Même si j’en avais conscience. Mais ce n’est pas pareil.

Je te laisse avec une petite vidéo de Chopin sur un piano numérique. Et dis-moi dans les commentaires pour ou contre ! Je serais heureuse d’avoir ton avis !

Si tu veux rejoinde la formation pour apprendre ce prélude de Chopin, il suffit de cliquer sur ce lien : 

https://formation.1piano1blog.com/chopin-prelude-n4/

Quel est ton empan de main ?

En passant

Je lance un petit jeu aujourd’hui pour tous les lecteurs d’1piano1blog. Mesurons notre empan de main.

Chez moi :

  • main droite : 21,2 cm
  • main gauche : 21,1 cm
mainde pianiste, empan de la main

Et toi ? Ecris-moi ta réponse dans les commentaires. Si tu veux mettre une photo, utilise facebook ou instagram. Partage ta photo dans les commentaires de ce post.

Je te rappelle que les inscriptions pour la formation sur le prélude n°4 de Chopin sont ouvertes. Si tu veux t’y inscrire en profitant du tarif de lancement, c’est par ici, jusqu’à lundi 11 Mai :

La main du pianiste

En passant

Qu’est-ce qu’avoir une main de pianiste ?

On entend souvent l’expression « main de pianiste ». Mais qu’est-ce qu’une main de pianiste ?

Une grande main ? De longs doigts ? Une paume large ?

Nait-on avec une main de pianiste ?

S’acquiert-elle avec la pratique ?

Je suis intéressée de connaitre ton opinion.

Dans mon  imaginaire, la main de pianiste est une main fine avec de longs doigts. Mais dans la pratique, je sais que c’est l’envergure de la main et la souplesse qui sont importantes. Bien plus que la taille des doigts.

La « main de pianiste » a besoin d’une bonne envergure et d’extension. 

C’est le genre de main que j’ai. Une main de taille moyenne, avec une paume un large et des doigts plutôt courts. 

Par contre, beaucoup de souplesse des doigts et d’extension entre chaque doigts.

Mes doigts courts ne me permettent pas toujours de tout jouer. Et c’est la souplesse qui m’aide le plus.

Question extension : je suis à l’aise pour jouer une octave, voire une neuvième en forçant un peu. Mais pas la dixième.

Et toi, comment est ta main ?

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email

Comptine d’un autre été – Yann Tiersen – analyse d’écoute

Voici une analyse d’écoute de la comptine d’un autre été de Yann Tiersen. Une analyse d’écoute sert à guider son oreille pour une écoute approfondie. On se sert uniquement de l’audio. On commence par noter ses impressions et à chaque nouvelle écoute on approfondit encore davantage.

Alors, sans attendre rejoins moi avec la comptine pour te plonger au coeur de l’univers de Yann Tiersen.

Dis-moi dans les commentaires ce que tu penses de l’analyse d’écoute. Comme c’est la première fois que je fais ce format, cela m’aiderait d’avoir tes retours. Merci !

Interview du pianiste, Steven Prigent

Un nouveau format pour cette video. Aujourd’hui j’interview le pianiste Steven Prigent. Pendant cette entrevue, Steven nous partagera les coulisses de son projet piano solo : SPS Project.

Il nous parle  de :
la naissance de son projet “SPS Project”,
le matos qu’il utilise,
ses influences et son mode de  création.

!! Désolée pour la qualité de son médiocre de la vidéo !!

Pour retrouver Steven,
Son blog : https://spsproject.tumblr.com
Sa page Facebook : https://www.facebook.com/spsproject/
Sa chaine youtube :
https://www.youtube.com/channel/UCCAhZLCpPW32Lbo_zNrtrMw