La technique pianistique selon Hanon

Mais avant toute chose, connaissez-vous Tintin ?
Imaginez-vous dans le parc du château de Moulinsart.
Il fait beau, l’après midi est calme et vous allez rendre visite à votre cher ami le capitaine Hadock. Vous admirez les belles roses et vous vous arrêtez pour sentir leur parfum.
Vous croisez un homme à vélo.
Il est petit, chauve, porte des lunettes et petite moustache noire. Il répond à votre salut mais il semble  un peu gêné.
Cet homme, mais oui, vous le reconnaissez ! Il s’agit d’Igor Wagner, le pianiste de Bianca Castafiore…
Tiens c’est curieux, vous entendez des gammes au piano !
Igor Wagner utilise un stratagème pour faire croire à tout le monde au château de Moulinsart qu’il est occupé à travailler ses gammes sur son piano. Un enregistrement sonore est diffusé en son absence. Il part secrètement dans le village voisin …
pour aller faire des paris sur les courses de chevaux.

HanonPermettons un peu de repos à Igor Wagner, la Castafiore lui laissant très peu de temps libre.
Loin de vous cette idée de ne pas faire vos gammes ou autres exercices. Au contraire, vous êtes motivés pour vous améliorer. Vous cherchez des techniques avancées pour faire travailler vos doigts, surtout les 4e et 5e. Vous vous demandez quelles sont les meilleures techniques pour gagner en indépendance et en vélocité ?
Aujourd’hui je vous propose d’écrire un article sur le recueil de Hanon : Le pianiste virtuose en 60 exercices.
Je vais commencer par vous exposer les éléments essentiels de la problématique de Hanon. Puis passer en revue les exercices, en détaillant les points forts et les points faibles de sa technique. Je terminerai par vous dire dans quel but utiliser ce livre et à quel moment de votre vie de pianiste.

Hanon part de la problématique qu’il ”faut étudier le piano 8 à 10 ans avant de jouer un morceau d’une certaine force, même dans une réunion d’amateurs” et il constate que “peu de gens sont à même de consacrer autant d’années à l’étude de cet instrument !”
Selon lui, le problème vient du manque de travail, ce qui donne un jeu au piano inégal et peu correct. La main gauche “accroche dans les passages difficiles” et “les 4e et 5e doigts sont presque nuls […] si l’on rencontre quelques passages en octaves, en trémolo ou en trilles, on ne les exécute le plus souvent qu’avec peine et fatigue, de là un jeu peu correct et manquant complètement d’expression.” Hanon veut une main gauche aussi forte que la main droite, des doigts faibles plus solides et indépendants, tout cela au service de la musique bien sûr.

La pianiste virtuose, 1ère partie

Il met au point une méthode avec 38 exercices, que je vous recommande vivement. A ces exercices il propose 22 variantes rythmiques. Ces variantes sont indispensables. Ne vous sentez pas obligés de toutes les faire, mais choisissez-en quelques-unes pour comprendre le principe et vous pourrez utiliser cette technique dans vos morceaux préférés. Cette méthode de travail vous sera très utile pour votre progression.
Tout les exercices sont écrits en Do Majeur, il donne l’indication de transposer ces 35 exercices en do# Majeur et do# mineur. Et il faut vraiment le faire. Transposez-les, c’est indispensable !
Vous pourrez trouver quelques-uns de ces exercices en ligne sur le site hanon-online.com, qui propose une transposition dans tous les tons Majeurs. Ce qui est génial pour vous. Le site est en anglais, mais vous verrez il est très simple d’utilisation. Si vous avez des questions n’hésitez à me demander.
Les derniers exercices de la 1ere partie du pianiste virtuose  introduisent la 2e partie : la t
echnique du passage du pouce et la préparation aux gammes.

Le pianiste virtuose de Hanon.

Le pianiste virtuose de Hanon.


La partie centrale consacrée aux gammes

Cette 2e partie est un véritable catalogue de gammes, elles sont répertoriées, dans l’ordre des altérations. Il traite toutes les gammes Majeures et mineures avec les arpèges d’accords parfaits, en mouvements parallèles et mouvements contraires, à la tierce, à la sixte.
Il propose 2 doigtés pour la gamme chromatique, ce que j’apprécie tout particulièrement. Il passe en revue les arpèges d’accords de dominante et septième diminuée, à l’octave, à la dixième, à la quinte et à la septième. Les arpèges de 7e de dominante en mouvement contraire.
Une note originale est apportée avec les gammes mineures mélodiques. Ce qui, est très agréable et nous laisse entrevoir qu’il existe bien plus de modes mineurs que celles travaillées en classique habituellement.
La partie centrale vous sera utile jusqu’à ce que ce vous sachiez toutes vos gammes avec les bons doigtés par cœur. C’est à vous de déterminer le temps que ça vous prendra… ou pas  😉


La 3e partie, les exercices du virtuose

La 3e partie est vraiment beaucoup plus difficile. Deux exercices sont plus accessibles, celui sur les extensions et celui sur les octaves tenues.
La marche est très haute entre la 2e et la 3e partie. Le fait de connaitre les 35 exercices en respectant les consignes de l’auteur et de jouer les gammes et arpèges dans toutes les tonalités,  toutes les positions, en mouvement parallèle et contraire ne suffit pas. Ce sont des exercices de haute vélocité, très techniques. Hanon y aborde la souplesse du poignet en très peu d’exercices, peu d’explications et pas de schéma. En revanche, si vous souhaitez impressionner votre public avec des trémolos, allez donc jeter un oeil sur le dernier exercice, vous ne serez pas déçus !

Les points forts du pianiste virtuose

  • Cet ouvrage est excellent pour l’égalité des doigts.
  • Il met l’accent sur le travail des 4e et 5e doigts.
  • La main gauche travaille autant que la main droite.

Avec cette méthode vous allez réussir à mieux jouer du piano, à jouer plus vite et avoir un jeu égal. Vous allez améliorer votre virtuosité.

Les points faibles de cette méthode sont :

  • L’arrivée tardive du chapitre sur la souplesse. Il n’explique presque rien. Selon moi la souplesse doit être expliquée dès le début de l’apprentissage du piano. Le fait que ce point essentiel soit abordé uniquement dans la 3e partie me fait rester sur ma faim…
  • Il n’y a pratiquement pas d’exercices avec les notes tenues. Ce n’est pas à un ouvrage pour travailler en profondeur les muscles de la main, mais plutôt des exercices pour progresser en vitesse et dextérité.

    Le pianiste virtuose_Arpèges mineurs

    Les arpèges mineurs du pianiste virtuose.


Quand jouer ces exercices ?

La 1ère partie est à commencer très tôt, dès la 2e ou 3e année. Faites plusieurs exercices, au moins 5 exercices avec les consignes décrites plus haut. Travaillez votre exercice jusqu’à ce que vous le connaissiez par cœur dans le tempo indiqué par Hanon. Ensuite vous pouvez commencer les gammes dans l’ordre des altérations. C’est dans cet ordre qu’elles sont présentées dans l’ouvrage. Jouez les gammes qui ont la même armure (le même nombre de dièses # ou de bémols b) que votre morceau. Puis alterner le travail d’un exercice, d’une gamme ou d’un arpège.
Je conseillerai la 3e partie du pianiste virtuose aux pianistes ayant un excellent niveau de pratique et qui ont eu la curiosité de travailler d’autres exercices, comme ceux de Cortot, Dohnànyi, Lebert-Stark, Brahms…

Alors, êtes-vous prêts à commencer ?
Ecrivez dans les commentaires ce que vous allez, ou ce que vous avez déjà travaillé.

Vous avez apprécié cet article ?
Indiquez-moi juste votre  nom et votre email et je vous envoie gratuitement mon guide :
Ma méthode en 5 semaines pour monter un morceau.

14 réflexions au sujet de « La technique pianistique selon Hanon »

  1. bonjour Aurélie,
    Avant d’aborder ma question je voulais mettre mon grain de sel sur le « Hanon » j’ai commencé le piano à l’age de 64 ans et je suis à la fin de ma cinquième année…j’ai eu deux professeurs pendant deux ans et en autodidacte depuis et bien permettez moi de vous dire et je ne suis pas le seul à le penser le « Hanon » c’est comme apprendre à nager en dehors du bain…hein ! et dans le bain c’est autre chose…Voir à ce sujet l’excellent livre que l’on trouve sur internet de Chuang !!! En ce qui me concerne et voilà ma question, je n’ai aucun problème de doigts faibles, aucun problème d’indépendance des mains…je n’arrive pas à jouer en lecture à vue…mais ça je ne suis pas le seul et non des moindres ! mon souci est que lorsque j’ai travaillé une partition et qu’elle est acquise il suffit que je ne la joue pas pendant un certain temps pour de nouveau avoir des difficultés pour la jouer tout de suite…certes le temps de remise est très rapide mais frustrant de ne pouvoir la jouer dans l’immédiat…J’ai l’impression que pour pouvoir jouer dans l’immédiat toutes mes partitions acquises il faudrait que j’arrête d’en apprendre de nouvelles et jouer un certain répertoire en boucle et de façon aléatoire ( très important ) soit je me trouve dans une certaine normalité, soit les capacités cognitives s’altèrent avec le vieillissement et on y peut rien…mais en tout état de cause le « hanon » que je possède et que j’ai travaillé n’a pas fait de moi le pianiste que je rêvais et si il suffisait de travailler avec une des formules plus savantes les unes que les autres du type « Hanon » ou « Czerny » ça se saurait…non ?
    amitiés pianistiques.

    • Bonjour Alain, vous faites partie des gens qui n’ont aucun problème d’indépendance des mains et de doigts faibles et je vous en félicite. Vous ne pouvez pas imaginer la chance que vous avez 🙂
      Pour la question de mémoire, c’est une vraie question d’entrainement. Il faudrait réactiver les morceaux périodiquement pour se rafraichir la mémoire. Vous pouvez vous faire un planning avec vos morceaux à réviser.
      Il existe un article particulièrement intéressant écrit par Caroline : http://lalalapiano.com/creer-un-planning-a-lannee-et-entre-les-cours-de-piano/.

  2. Bonjour
    Je l’avoue tout de suite : je fais partie du clan des anti-Hanon !
    Pendant des années, j’ai pratiqué tous ces exercices, et je ne suis pas sûr d’y avoir gagné la moindre agilité, la moindre force ou même la moindre souplesse.
    Il n’y a aucune diversité dans les exercices. J’ai l’impression que ce sont des exercices qui permettent de jouer ces mêmes exercices : de la technique pour la technique.Je trouve que ces exercices ne sont pas applicables dans les œuvres pour piano.
    Bref, je trouve qu’il vaut mieux éviter de perdre trop de temps sur ces exercices et travailler d’autres exercices qui permettent de vraiment travailler les difficultés du piano : Dohnany est un excellent exemple.
    Hanon : Ah non ! A éviter absolument !!

    • Bonjour Benjamin,
      même si tu es anti-Hanon tu es le bienvenue sur 1piano1blog ! Si pour toi Hanon ne sert à rien, il faut absolument être curieux et aller voir ailleurs. Comme tu les cites, les exercices de Dhonany sont excellents. Continue d’aller chercher car il en existe bien d’autres (Lebert Stark, Cortot, Brahms…) De mon point de vue, Hanon est simplement le recueil d’exercice le plus accessible à tous. C’est pour cela que j’en ai consacré un article 😉
      Aurélie.

  3. Bonjour, je viens de découvrir votre site et je le trouve vraiment intéressant. J’ai fait 10 ans de piano, de l’âge de 5 ans à l’âge de 15 ans, et puis plus rien jusqu’à mes 51 ans. il y a un an que je m’y suis remise, et j’aimerais trouver des exercices pour pouvoir jouer schumann ou Mendelssohn. Mes doigts ne sont pas longs et j’arrive tout juste à tenir une neuvième, mais une dixième, c’est impossible. Connaissez-vous des exercices qui me permettraient d’y arriver?

    • Bonjour Geneviève,
      Tout comme vous je fais partie des mains moyennes et j’ai un écart de 9e. Je ne peux pas jouer une 10e !
      Nous pouvons toujours travailler la souplesse, mais notre physique a ses limites. Pour les exercices : Cortot, Dohnànyi, Lebert-Stark et Brahms (ce dernier est difficile) sont à prendre dans l’ordre cité.
      Faites-vous accompagner par un professeur de temps en temps pour vérifier votre technique et être sûre de jouer les exercices de la bonne façon.

  4. votre analyse du Hanon en 30 exercices est excellente , je suis tout à fait d’accord avec vous , ne pas oublier de transposer les exercices en do dièse !

  5. ha les exercices Hanon sont toujours impressionnant de notes mais ils restent indispensable pour acquérir, force, endurance et égalité dans le jeu. J’ai moi aussi eu peur de m’y attaquer, mais il faut voir ça comme un livre qui vous suivra toute votre vie de musicien. Vous n’êtes pas obligé de tout jouer tout les jours, comme nous le préconise l’auteur mais en jouer certaine partie et les alterner vous fera le plus grand bien dans le temps.

    • 5 minutes par jour seulement ? Bon ça va, je devrais surmonter l’épreuve. Je vais sortir mon bouquin et enlever la poussière qu’il y a dessus…. Merci du conseil, Aurélie !

Laissez-moi vos remarques ou vos suggestions !